«À travers les sacs de poubelle, les masques, les visières et les produits désinfectants, le personnel enseignant tente l’impossible pour poursuivre la mission que nous leur confions comme société, soit celle d’instruire, de socialiser et de qualifier nos enfants», observe Marie-France Boulay.
«À travers les sacs de poubelle, les masques, les visières et les produits désinfectants, le personnel enseignant tente l’impossible pour poursuivre la mission que nous leur confions comme société, soit celle d’instruire, de socialiser et de qualifier nos enfants», observe Marie-France Boulay.

Rendons hommage aux enseignantes et aux enseignants

POINT DE VUE / Depuis un peu plus d’une semaine déjà, les enseignantes et enseignants de nos écoles primaires s’affairent à redonner vie aux établissements scolaires désaffectés depuis le début du confinement. Après avoir assuré une certaine continuité pédagogique à distance auprès de leurs élèves pendant quelques semaines, les voilà de retour en classe, tels des superhéros/héroïnes tentant de rétablir un semblant de «normalité» pour leurs jeunes élèves. 

Ainsi, à travers les sacs de poubelle, les masques, les visières et les produits désinfectants, le personnel enseignant tente l’impossible pour poursuivre la mission que nous leur confions comme société, soit celle d’instruire, de socialiser et de qualifier nos enfants. Mais ce n’est pas tout : ils doivent maintenant les éduquer en plus à de nouvelles règles d’hygiène, à la distanciation physique, modifiant du coup la plupart des routines et des repères auxquels s’étaient habitués les enfants.

Bon nombre de chercheur.e.s l’affirment depuis nombre d’années : le travail de nos enseignant.e.s s’est intensifié et complexifié au fil des ans. Aujourd’hui cependant, la tâche qui leur est demandée est sans pareil. En effet, en plus d’avoir à enseigner à un nombre d’élèves réduit, plusieurs s’assurent également, après les heures de classe, à tenter de joindre ceux et celles qui sont demeurés à la maison, parfois pour de bonnes ou de moins bonnes raisons.

Plusieurs enseignant.e.s s’inquiètent également du sort qui est réservé à leurs élèves qui sont en difficulté ou qui vivent des situations particulières, augmentant du coup la pression et le stress qu’ils peuvent ressentir. En effet, de plus en plus d’études le montrent, ce sont encore une fois ces élèves qui subiront davantage les conséquences de ce confinement, alors que l’école pour tous visait justement à atténuer ces inégalités.

En même temps, comme toujours, nos enseignant.e.s sont déjà à pied d’œuvre dans les milieux scolaires pour accompagner tous leurs élèves, redoublant d’efforts, s’entraidant et multipliant les projets pour donner à chacun un enseignement de qualité. 

C’est d’ailleurs pourquoi, aujourd’hui, il m’apparait d’autant plus important de leur rendre hommage.

Aussi, dans cette période de transformation sociétale profonde, je nous invite à profiter de l’occasion qui se présente afin de repenser aux conditions d’exercice de nos enseignant.e.s, tout autant qu’aux efforts que nous sommes collectivement prêts à faire afin de soutenir la persévérance et la réussite scolaire du plus grand nombre d’élèves.

Car faut-il encore une fois le rappeler, il en va de l’avenir de notre société.