Reconnaissance à nos enseignants

Dernièrement, on rendait hommage à nos enseignants et enseignantes lors d’une journée en leur honneur.

Compte tenu des nombreuses exigences de cette profession, c’était bien mérité. Il ne faut pas se le cacher, cela demande une forte dose de courage ces années-ci d’accomplir les multiples tâches exigées par la profession, dans des conditions pas toujours faciles et pour un salaire assez modeste. J’ai  personnellement passé ma vie dans ce milieu qui, pendant plusieurs années, était reconnu et très valorisant. Au fil des ans, le tout a changé. La tâche s’est alourdie et les conditions se sont détériorées. À tel point qu’aujourd’hui, il est devenu difficile de recruter de nouveaux jeunes intéressés par cette belle profession. Les enseignants et enseignantes ont fait connaître leurs demandes  dans le cadre des négociations de leurs conditions de travail. Compte tenu des nombreuses compressions subies au cours des dernières années et surtout, des généreuses conditions offertes aux médecins spécialistes, le gouvernement serait mal venu de mépriser leurs demandes. Espérons que notre premier ministre François Legault se souvienne des promesses qu’il a faites lors de la fondation de la CAQ, soit d’accorder une priorité à l’éducation et de mieux rémunérer les enseignants(es).

Michel Giroux, Québec