Quatre morts à ne pas oublier

Le soir du 1er avril 1918, à Québec au coin des rues de Saint-Vallier, Saint-Joseph et Bagot, lors de ce qu’on a qualifié d’une émeute, quatre citoyens du quartier Saint-Sauveur furent tués par des soldats de l’armée. Honoré Bergeron, 49 ans, menuisier, Alexandre Bussières, 25 ans, mécanicien à l’emploi du Canadien National, Georges Demeule, 14 ans, cordonnier-machiniste dans une manufacture de chaussures depuis 1913, et Édouard Tremblay, 23 ans, étudiant à l’École technique.

À l’enquête du coroner qui suivit, le jury, «considérant que les personnes tuées à cette occasion étaient innocentes de toute participation à cette émeute», conclut qu’il serait du devoir du gouvernement «d’indemniser raisonnablement les familles des victimes que l’on a prouvées innocentes et sans armes à ce moment».

Le 25 mai 1971, je demandais à Léandre Demeule — frère de Georges — si sa famille avait reçu une certaine somme d’argent des autorités fédérales en guise d’indemnisation pour la mort de son frère. Il m’avait répondu : «Absolument rien. Je n’ai jamais entendu parler que qui que ce soit ait eu une cenne. On n’a rien eu. Pas même une lettre de sympathie, pas même un billet de char.»

Là où s’est passé cet événement, on peut voir un monument stylisé, très sobre, de l’artiste de Québec, Aline Martineau, rendant hommage à ces quatre citoyens.

Pour en savoir plus sur cet épisode de notre histoire, lisez: Les 5 jours qui ébranlèrent Québec.

Jean Provencher, historien
Québec