Quand on enterrait la préhistoire et l’histoire

En réaction à l’article «Archéologie au Domaine de Maizerets : déterrer la préhistoire» de Baptiste Ricard-Châtelain paru le 22 juillet

On apprend que la Ville de Québec entreprend des fouilles archéologiques d’importance au domaine Maizerets principalement sous une grange dont une partie est vieille de quelques siècles. Cette opération, selon les données actuelles, serait promise à succès pour trouver des artéfacts d’avant l’arrivée des Européens étant donné leur protection par le bâtiment.

Pour plusieurs qui ont connu ce domaine et ses rives donnant accès au fleuve avant la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency, ces travaux herculéens, qui l’ont enclavé et porté atteinte à son intégrité, ont fait que beaucoup d’artéfacts y ont sans doute été perdus à jamais, en même temps que l’on se privait d’un site unique en continuité avec les battures de Beauport, aussi perdues jusqu’à Montmorency. Quel gâchis! Cette autoroute réalisée il y a à peine 45 ans a défait ce paysage, ses fonctions environnementales et une partie de la basse-ville et de la haute-ville. Il serait impossible de l’envisager ainsi aujourd’hui. Une leçon pour le troisième lien.

Richard Gagné
Sainte-Pétronille