Projet de loi 21 et altérité menaçante: pour une laïcité plurielle et contre l’«ultralaïcité»

POINT DE VUE / Les 268 professeur.es (essentiellement d’universités québécoises) et praticien.nes (avocats, médecins, psychiatres et autres) unissent ici leurs voix au sujet du Projet de loi 21, dont le principal objectif consiste à «protéger notre identité», explique Monsieur François Legault.

Mais de l’identité de quels citoyens s’agit-il et de quelle société ce projet de loi fait-il la promotion? En interdisant aux citoyens et citoyennes de porter des symboles religieux centraux à leur identité et à leur liberté de conscience, le Projet de loi 21 les traite comme des menaces à notre société, incapables de contribuer au bon fonctionnement d’un État laïc et d’assumer leurs responsabilités en toute impartialité. Cette vision de la société est une forme de radicalité que l’on pourrait nommer «ultralaïcité», selon l’expression de Jean Baubérot, historien avant-gardiste de la laïcité.

Il est difficile de rester muet face aux dérives tant ultrareligieuses qu’ultralaïques. En effet, nous assistons à la globalisation d’une anxiété qui fait de l’Autre une menace existentielle et qui conduit à attiser des postures anti-diversité, anti-immigration et anti-islam, très populaires auprès de tous ceux qui sont terrorisés par l’altérité, surtout quand elle est juive ou musulmane.

Certains élus politiques en profitent et attisent ces peurs, insistant sur la nécessité d’interdire le port de la croix ou du crucifix, du hijab, du turban, de la kippa et autres atours qui menaceraient notre laïcité. Celles et ceux ayant une opinion différente de la démocratie sont alors considérés comme des «laïcophobes». Il est aujourd’hui pertinent de rappeler que, dans leur histoire postcoloniale, trois États musulmans ont au nom de la laïcité et de la modernité interdit le port du hijab, à savoir la Tunisie de Bourguiba, l’Iran de la dynastie Pahlévi et la Turquie de Mustapha Kemal. Or, il s’agit de trois États autoritaires qui usaient d’un mélange paradoxal et explosif de démocratie et de politiques liberticides. Une question se pose alors au projet de laïcité occidental en général et québécois en particulier : imposer et interdire le hijab et autres signes religieux seraient-ils tous deux des gestes liberticides et misogynes?

Les ultralaïcs souhaitent semer une idéologie reposant sur des mesures disciplinaires imposées aux corps des citoyens, et d’abord et avant tout aux corps des femmes. Ce contrôle du corps physique des femmes précède ou accompagne en général (consciemment ou inconsciemment) un projet de contrôle social et politique autoritaire. L’usage de la clause dérogatoire pour tenter de protéger le Projet de loi 21 contre des recours judiciaires montre que le gouvernement sait que son projet est en violation flagrante des droits garantis par les chartes canadienne et québécoise des droits et libertés.

L’ultralaïcité a ceci en commun avec l’intégrisme religieux que tous deux incluent des extrémistes incapables d’écoute et d’ouverture à la différence. Sous couvert de neutralité et de modernité, l’ultralaïcité vise à rendre invisible l’altérité, en promouvant l’homogénéisation de l’habillement, de la langue, des valeurs, des origines. L’ultralaïcité débouche ici sur la faillite du respect de l’Autre et ressemble aux dérives qu’elle condamne.

L’alternative viable à l’intégrisme religieux ou laïc est une laïcité plurielle, où femmes et hommes porteurs de différentes histoires sont libres de suivre leurs propres voies dans le respect des libertés collectives, tout en exprimant symboliquement leurs identités plurielles. Dans le cadre d’une laïcité plurielle, être démocratiquement élu pour exercer un mandat politique, ou œuvrer comme fonctionnaire, policier ou enseignant, n’empêche aucunement de conjuguer liberté de conscience et responsabilité citoyenne, démocratique et laïque. Avec ou sans signes religieux.

Dans notre pluralité, nous pouvons tous contribuer à la richesse sociale et à la vitalité politique du Québec. Une laïcité plurielle et décomplexée est l’antidote par excellence aux dérives ultrareligieuses et ultralaïques. Elle est d’ailleurs déjà un peu notre réalité de tous les jours. Un acquis précieux à défendre et protéger. Ensemble!

Abdelwahed Mekki-Berrada, Anthropologie, Professeur, Université Laval

François Crépeau,Droit public et international, Professeur, Université McGill

Cécile Rousseau, Psychiatrie, Professeur, Université McGill

Laurence J. Kirmayer, Psychiatrie, Professeur, Université McGill

Gilles Bibeau, Anthropologue, Professeur émérite, Université de Montréal

Liste des 268 signataires ici