Pris dans le détour

POINT DE VUE / En réaction à la chronique «Le tramway pris dans le détour» de François Bourque du 7 juin.

En lisant la chronique de François Bourque, j’ai enfin décidé de vous écrire pour donner à tout ce monde ma solution de beau-frère qui connaît tout ou rien.

En fait, ma solution, c’est de vivre avec les solutions de chacune des deux parties : soit la Ville de Québec et les gens de Pie-XII. En passant, le tramway ne passe pas dans leur cour, mais dans l’arrière-cour, le terrain ne leur appartient pas.

Donc, en prenant les arguments de l’un et des autres, voici comment régler la situation. La Ville dit qu’en dehors des heures de pointe, il n’y aura pas d’achalandage à l’édifice Marly. Mais est-ce qu’il y aura un achalandage vers l’îlot Mandel? La raison de s’y rendre, c’est l’emplacement de la fin du circuit, l’emplacement des garages. Alors, conservons ce tracé pour l’accès aux garages, le matin et le soir, donc plus de bruit pendant la journée, et ajoutons une boucle du tramway autour de l’Édifice Marly, pour y desservir les fonctionnaires et autres utilisateurs qui y auront affaire le jour pour régler leurs différents avec Revenu Québec.

Cette boucle deviendrait un revirement pour les véhicules et en même temps elle permettrait de desservir tout le beau monde de l’édifice Marly à la porte même de l’édifice. Elle permettrait en même temps de desservir le grand bassin de population près de l’édifice Marly, pas moins les gens des environs de la rue du Campanile et des Compagnons.

La Ville invoque qu’il n’y aura pas suffisamment d’achalandage à l’édifice Marly. Est-elle en train de nous faire croire que le trajet entre Quatre-Bourgeois et l’îlot Mandel en desservira plus que l’édifice Marly? J’en doute énormément.Les gens de Pie-XII craignent le bruit durant le jour, l’envahissement de leur fond de cour. Il n’y en aura pas durant toute la journée, à l’exception du matin et de la fin de journée.

Quant aux coûts, ils seront justifiables par l’achalandage et le seront bien plus que de se rendre au bout de la rue Mandel pour desservir des gens qui auront acheté des meubles montables qu’ils ne transporteront certainement pas par tramway.

Si, toutefois, on n’accepte pas ce genre de solution, comment justifie-t-on le fait de ne pas se rendre à l’aéroport qui est tout de même assez près du IKEA?