«Il faudrait [...] rapidement organiser un grand débat public ouvert et transparent, de manière à susciter dans la population, une adhésion et un usage volontaire, pour construire collectivement ces chaînes de contacts», exprime Stéphane Roche. 
«Il faudrait [...] rapidement organiser un grand débat public ouvert et transparent, de manière à susciter dans la population, une adhésion et un usage volontaire, pour construire collectivement ces chaînes de contacts», exprime Stéphane Roche. 

Pourquoi je ne crois pas aux applications de traçage de contacts

Stéphane Roche
Stéphane Roche
Professeur de sciences géomatiques, Université Laval
POINT DE VUE / Le développement de technologies de traçage de contacts se multiplient afin d’accompagner le relâchement mesuré et graduel des contraintes de confinement imposées par la pandémie de coronavirus. Leur principe de fonctionnement est simple: une fois installée sur votre téléphone, l’application utilise le Bluetooth pour «mesurer» et enregistrer les identifiants chiffrés des téléphones, munis d’une application similaire, qui passent à une distance donnée (ex. 2 mètres), durant un laps de temps donné (ex. 30 minutes), de votre propre téléphone. Si vous êtes diagnostiqué positif à la COVID-19, différents scénarios, plus ou moins centralisés, sont envisageables pour informer la chaîne de contacts des risques potentiels.