«Le Parlement québécois a commencé avant l’attaque de la pandémie l’étude du projet de loi 39 qui, une fois bonifié et adopté, permettra au Québec de rejoindre les nations avancées disposant d’un système de gouvernement plus conforme à la volonté populaire et dans lequel la collaboration entre les partis politiques est une réalité beaucoup plus grande et constante que chez nous», écrit Jean-Pierre Charbonneau.
«Le Parlement québécois a commencé avant l’attaque de la pandémie l’étude du projet de loi 39 qui, une fois bonifié et adopté, permettra au Québec de rejoindre les nations avancées disposant d’un système de gouvernement plus conforme à la volonté populaire et dans lequel la collaboration entre les partis politiques est une réalité beaucoup plus grande et constante que chez nous», écrit Jean-Pierre Charbonneau.

Pour une gouvernance politique de collaboration à l’abri des abus de pouvoir

Jean-Pierre Charbonneau
Jean-Pierre Charbonneau
Président du Mouvement Démocratie Nouvelle et ancien président de l'Assemblée nationale du Québec
POINT DE VUE / La partisanerie est en pause nous font remarquer ces temps-ci les journalistes affectés à l’actualité politique et parlementaire. «Il n’y a qu’une seule équipe et c’est celle du Québec», disait la semaine dernière le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, alors que son homologue libéral, Pierre Arcand, ajoutait «qu’on n’est pas dans un mode actuellement de gagner des points [aux dépens des autres], mais dans celui, plus important, de gagner des points pour les Québécois».