Pierre Vagneux, président de la Coalition pour l'arrondissement historique de Sillery

Vision du patrimoine 2027: peu de place à l'implication citoyenne

En réaction au texte «La Ville de Québec met ses lunettes patrimoine», paru le 3 mai.
Il est essentiel que les citoyens s'approprient leur patrimoine et l'apprécient pour mieux le protéger et le mettre en valeur. J'aurai aimé voir ce volet renforcé et mettant le patrimoine au centre des préoccupations de la population. On ne vulgarise pas l'importance du patrimoine comme étant notre histoire, nos racines et nos repères identitaires, mais aussi notre milieu de vie. On ne voit pas la volonté de placer le citoyen au centre de l'exercice de protection, de la réhabilitation et de la mise en valeur du patrimoine collectif. On dirait que c'est le patrimoine de la Ville.
Évidemment, les fiduciaires gouvernementaux ont un rôle à jouer, d'autant plus que ce sont eux qui recueillent des taxes auprès des citoyens pour cette mission patrimoine. À ce titre, les citoyens devraient être assis à la table et avoir leur mot à dire.
On pourrait s'inspirer de deux déclarations québécoises du Conseil international des Monuments et des Sites soit, celle de Deschambault de 1982 et une plus récente celle de Québec de 2008 sur l'Esprit du lieu. 
Finalement, pour être sérieux, un protecteur municipal du patrimoine devrait être nommé pour écouter de façon indépendante la population.
Quant aux réalisations 2006-2016, il y a un grand absent : le site patrimonial déclaré de Sillery. Il a été pendant cette décennie sur la planche à dessin de la Ville, comme il a été au centre des préoccupations patrimoniales des citoyens de Sillery, certes, mais aussi ceux de Québec et du Québec. Il a même été cité en grand danger par Héritage Canada. Les citoyens d'ici voulaient être partie prenante sans succès.
Ce site a fait l'objet de trois consultations publiques :
- Des consultations municipales monstres sur l'avenir des propriétés conventuelles en 2006 avec promesse de PPU.
- Des audiences publiques du Conseil du patrimoine culturel du Québec en 2013 sur le plan de conservation du site de Sillery, premier du genre avec des recommandations pertinentes pour une table de concertation.
- Des consultations municipales en 2015 sur le PPU-Sillery, un PPU qui encadre le site patrimonial déclaré québécois adopté par la Ville à la veille de Noël de cette année-là. On y cherche toujours le volet de mise en valeur patrimoniale explicite qu'il aurait dû comporter à juste titre.
Comment oublier cette décennie d'investissement citoyen dans la définition d'un aménagement autre que l'immobilier et les démarches auprès des fiduciaires responsables de notre patrimoine et avoir échoué par manque de dialogue et d'ouverture. Est-ce que la Ville l'a échappé ou bien veut-on taire cette erreur patrimoniale ? Il faut dire que le volet conquête immobilière des espaces naturels restants considérés comme de beaux terrains à bâtir, lui, est et a été bien planifié. 
En effet, la Vision du patrimoine 2027 présente en page 8 une photo aérienne impressionnante du site patrimonial de Sillery sous l'angle bucolique champêtre et paysager de la période avant PPU. Or pour cette section partielle du site, on devrait voir sortir de ces espaces naturels près de huit tours/immeubles de six à sept étages qui vont évidemment dénaturer l'esprit du lieu essentiel pour la transmission de notre histoire collective. Ce sera sans retour possible. Les rétrocaveuses sont actuellement au travail à Jésus-Marie et à Sainte Jeanne-d'Arc.
Pierre Vagneux, président de la Coalition pour l'arrondissement historique de Sillery