Plus de 3000 orthophonistes et audiologistes, en grande majorité des femmes (96 %), sont victimes d’un traitement salarial inéquitable, signalent les auteurs.

Une pensée pour les orthophonistes et audiologistes

POINT DE VUE / En cette journée qui souligne les droits des femmes, nous tenions à attirer votre attention sur ce qui suit. Saviez-vous que, depuis près de 30 ans, le temps d’une carrière pour plusieurs, plus de 3000 orthophonistes et audiologistes, en grande majorité des femmes (96 %), sont victimes d’un traitement salarial inéquitable?

Dès le début des années 1990, des revendications ont été faites en lien avec la relativité salariale, suivies un peu plus tard, de revendications en lien avec l’équité salariale. Aucun règlement n’a été obtenu, à ce jour.

Rappelons que les orthophonistes et les audiologistes détiennent toutes, sans exception, un diplôme universitaire de 2e cycle et font partie d’un ordre professionnel, qui assure la protection du public. La loi 90 leur a, de plus, octroyé des actes réservés pour l’évaluation du langage et de l’audition. Ces spécialistes de la communication sont des intervenantes clés dans le développement de nos enfants et dans le traitement de nos adultes et aînés, afin de leur permettre une participation sociale optimale. 

Nous constatons, encore aujourd’hui, l’échec de la représentation syndicale de même que l’incapacité — ou le manque de volonté — des gouvernements précédents à régler cette injustice…

Au cours des derniers mois, le gouvernement actuel de la Coalition avenir Québec a exprimé publiquement, à de nombreuses reprises, l’importance de prendre soin de l’avenir de nos enfants et du bien-être de nos aînés. 

Par conséquent, notre demande est la suivante : le traitement prioritaire des revendications historiques des orthophonistes et des audiologistes en lien avec l’équité salariale.

Nous demandons l’obtention d’un rangement salarial à la mesure de notre degré de scolarité, de nos responsabilités professionnelles et de l’impact de nos actions sur la collectivité.

Au nom d’un regroupement d’orthophonistes et d’audiologistes qui exercent à l’Institut Raymond-Dewar :

Sandra MacLeod, orthophoniste

France Henri, orthophoniste

Martine Chapdelaine, audiologiste

Josée Rioux, audiologiste

Julie Croteau, orthophoniste