Les travaux envisagés à la baie de Beauport pourraient nuire aux planches et kites qui demeurent assez proches de la plage.

Une consultation ou une opération de relations publiques?

En réaction au texte de François Bourque «Le paysage de la plage sera dénaturé» publié le 16 janvier
Merci pour l'intéressant article que vous avez écrit sur la baie de Beauport. À partir des simples perspectives de vues prises de la baie, vous avez fait ressortir des enjeux majeurs.
1. La perte de l'attrait visuel de l'endroit, ce qui est loin d'être secondaire. Actuellement, c'est l'impression du large que l'on y ressent. Pour une ville à l'intérieur des terres, c'est assez unique. Jamais on ne pourra ressentir cela à Montréal ou même à Trois-Rivières. 
2. La diminution de la beauté de se baigner dans les grandes eaux. Ce serait largement différent entourés de digue et de quai. 
3. La perte de conditions extraordinaires pour les sports de voile dans une ville continentale. En effet, planches à voile, kites, catamarans, dériveurs, skiffs peuvent bénéficier aisément des différents vents et de sorties faciles parce que peu d'obstacles nuisent. D'une part, les travaux envisagés nuiront énormément aux planches et kites qui demeurent assez proches de la plage. D'autre part, les petites voiles auront de la difficulté à trouver leur vent d'ouest (et surtout sud-ouest) pour sortir.
4. En outre, l'été, de très nombreux bateaux, motomarines, chaloupes viennent s'ancrer à la Baie pour le bronzage, le repos ou le party. Cela cause des embouteillages qui ne peuvent être gérés par Gestev parce que hors de sa juridiction. Toutefois, chacun a appris à vivre ensemble. Par contre, avec le goulot vu dans les perspectives pour l'après-travaux, les sorties de plage seront vraiment très difficiles par jours d'affluence. Et c'est sans compter sur les habituels kayaks, pédalos, paddle board, avirons et motomarines en location à cet endroit. 
5. Perte de commodité par l'allongement de la plage. Actuellement, les bâtiments sont près des baigneurs et des adeptes de sports nautiques. Le projet risque fort de rendre déplaisants les déplacements entre les activités et les bâtiments. Les vestiaires, douches, matériels et lieux d'entreposage seront probablement trop loin. À moins qu'il soit envisagé de déplacer les bâtiments. Permettez-moi d'en douter. 
Je n'ajoute que quelques inconvénients importants découlant d'un éventuel agrandissement du port. Vous en avez souligné plusieurs autres. Pourtant, rien de tout cela n'est discuté avec sérieux. Nous sommes trop nombreux à ressentir cette impression que nous serons traités comme des fâcheux personnages. Des chialeux devant le progrès souhaité par tous. 
Il est effectivement très significatif que ces perspectives n'aient jamais été utilisées dans les diverses publications parues sur ce projet. Comme vous et plusieurs usagers de la plage, j'arrive à la conclusion que la population n'est pas conviée à de véritables consultations, mais à une opération de relations publiques. 
Richard Marcotte, Québec