Un impôt unique: une déduction simple à réaliser

Chaque année, la même histoire se répète. Au plus tard le 30 avril, les Québécoises et les Québécois doivent produire deux déclarations d’impôt distinctes plutôt qu’une seule comme dans les autres provinces.

Chaque année, les contribuables assument donc collectivement des dépenses gouvernementales, évaluées entre 100 et 500 millions $ selon les différentes études, pour dédoubler des tâches administratives qui pourraient très bien être effectuées par une seule agence du revenu plutôt que deux.

Des millions de dollars qui pourraient, année après année, être réinvestis dans nos services publics. Tout en considérant aussi l’économie de temps pour les contribuables qui n’auraient plus qu’une seule déclaration à produire!

Nous sommes d’avis que c’est en confiant à Revenu Québec l’ensemble de la perception des taxes et des impôts que les Québécoises et les Québécois y gagneraient le plus.

Le renforcement des fonctions de Revenu Québec améliorerait et garantirait l’autonomie politique et fiscale du Québec, en particulier sur le plan de la lutte contre les paradis fiscaux. Même Philippe Couillard admet l’importance de cette autonomie, malgré qu’il ne soit pas reconnu pour être très nationaliste.

Au Québec, nous sommes déjà responsables de la collecte des impôts provinciaux ainsi que des taxes de vente fédérale et provinciale. Nous sommes ainsi la seule province pouvant réellement se doter d’un plan de lutte contre les paradis fiscaux.

En effet, les autres provinces sont dépendantes du gouvernement fédéral pour la perception de leurs impôts. Elles ne peuvent donc pas avoir une politique de lutte contre les paradis fiscaux distincte de celle d’Ottawa. Une politique fédérale d’ailleurs bien timide et décriée par plusieurs intervenants, notamment le collectif Échec aux paradis fiscaux.

À Revenu Québec, des actions concrètes sont posées pour recouvrer les impôts qui nous échappent. Chaque année, c’est près de 700 millions $ qui sont récupérés par des techniques novatrices de lutte contre l’évasion fiscale. En lui en donnant les moyens, Revenu Québec pourrait en faire encore plus, notamment quand on pense à l’introduction d’une taxe sur les profits détournés, aussi appelée Google Tax.

Alors, souhaite-t-on continuer de payer plus cher et d’envoyer nos impôts à une agence fédérale qui tolère les paradis fiscaux plutôt que de lutter contre ceux-ci?

Ou bien veut-on être maître chez nous et garantir l’autonomie québécoise en unissant les deux déclarations d’impôt à Revenu Québec? Se doter d’outils efficaces contre l’évasion fiscale? Préserver une expertise fiscale qui fait l’envie de toutes les autres provinces?

La réponse est évidente.

Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)