Le pdg de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia

Un bris de contrat... moral par la Caisse de dépôt

Lettre à Michael Sabia, pdg de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Je vous écris en tant que grand-père membre de l’Association québécoise de défense des droits des retraités (AQDR).

J’apprenais récemment par l’organisme Recycle ta Caisse que la Caisse de dépôt et placement du Québec a investi en 2018 un record de 18,5 milliards $ dans le secteur des énergies fossiles malgré les rapports alarmants des dernières années du Groupe d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) quant aux conséquences des extrêmes climatiques sur le bien-être de l’ensemble de la population et sur ses droits.

«Ça fait peur et c’est paniquant!» s’exclamait ma fille de 38 ans en prenant connaissance de l’augmentation de l’intensité et de la quantité des extrêmes climatiques pour l’avenir de ses trois enfants de six ans, quatre ans et sept mois.

Ma fille de 25 ans nous invite à changer de poste ou de sujet lorsque nous abordons cette réalité un peu plus en profondeur. Lors de nos partys de famille, le silence des ados de mon fils, âgés respectivement de 13 et 15 ans, crie plus fort que nos discussions pour nous faire sentir leur angoisse devant l’avenir qui les attend.

Nous n’avons pas le droit de priver nos jeunes du droit de croître en sachant qu’un avenir meilleur les attend.

M. Sabia, vos compétences de gestionnaire et celles de votre équipe sont grandes. Voilà pourquoi nous vous confions nos économies pour assurer la sécurité de notre retraite. Mais lorsque vous vous en servez pour investir dans le secteur des énergies fossiles qui conduiront à l’insécurité des conditions de vie de nos enfants et petits-enfants, il y a là carrément un bris de contrat moral. Nous refusons d’être instrumentalisés et utilisés, par notre argent, comme acteurs et actrices de la détérioration des conditions de vie de nos propres enfants et petits-enfants. Cela va contre une éthique élémentaire et fondamentale.

Voilà pourquoi je répondrai présent à l’invitation de la Coalition Sortons la Caisse du carbone qui organise un rassemblement devant le siège social de la Caisse (place Riopelle) le jeudi 29 novembre à midi.

J’y serai pour vous rappeler le pouvoir exaltant que vous tenez entre vos mains : celui d’être fabricant d’espoir et de confiance en l’avenir en désinvestissant le plus rapidement possible des énergies fossiles, comme l’exige l’urgence climatique. Plus que de vos compétences de gestionnaire, c’est de cela dont nous nous rappellerons lorsque nous voudrons faire mémoire de vous.

Pierre Prud’homme, Laval