L'artiste-peintre est décédée la veille du Nouvel An, à Québec.

Un au revoir à l’artiste-peintre Marie Laberge

Plusieurs membres et amis de la communauté des arts visuels de Québec sont en deuil depuis le décès de l’artiste-peintre et poète Marie Laberge survenu à Québec, la veille du Nouvel An.

Amie de longue date de Marie, je veux témoigner aujourd’hui de son apport à la vie culturelle d’ici, du travail de cette artiste qui n’a pas été suffisamment reconnue et appréciée de son vivant.

Née à Québec, Marie Laberge a étudié à l’École des Beaux-Arts, puis elle a enseigné les arts visuels autant à des groupes d’adolescents qu’à des adultes. Elle a partagé sa passion pour la peinture et pour les mots.

Marie a produit des centaines de tableaux et elle a publié au moins sept recueils de poésie, notamment chez Léméac. Ses tableaux et ses poèmes révèlent sa grande tendresse, sa sensibilité à travers ses personnages romantiques.

Marie a participé à une trentaine d’expositions, tant à Trois-Rivières qu’à Québec. D’ailleurs, une salle d’expositions porte son nom à la galerie que je possédais à Sillery. Marie a reçu de nombreuses décorations dont une reconnaissance du Club de la Garnison (où elle était membre honoraire) et où elle a exposé certaines de ses œuvres. Notre collègue disparue a aussi reçu la Médaille de bravoure de l’Assemblée nationale pour avoir sauvé une personne de la noyade.

Parents, amis(es) et artistes salueront Marie une dernière fois ce samedi 13 janvier, 14h, au cours d’une cérémonie à l’église Saint-Dominique, à Québec, sa ville.

Du fond du cœur, au revoir et merci Marie.

Diane N. Lefrançois, ex-galériste

Québec