Donald Trump

Trump ou le cauchemar éveillé

Si l'on pense que tout a été dit sur ce personnage, je crois plutôt que nous n'en sommes qu'au début d'un roman d'horreur qui va mal finir.
La campagne présidentielle est à peine amorcée que déjà ce «Duce américain» se vautre dans les bas-fonds de la médiocrité. S'il a réussi à se payer un parti, il tente maintenant de s'offrir un pays qu'il veut calquer à son image. 
S'appuyant sur une base électorale hétéroclite, il tente de réunir ses fidèles autour d'un discours de haine et d'insécurité. Pour défaire ses adversaires, il se sert du mensonge et de la désinformation, tout en s'adonnant à des attaques personnelles. Dans cet amalgame pernicieux, l'immigrant devient un envahisseur; le musulman, un ennemi potentiel; l'ouverture et le dialogue, des faiblesses; un président noir, une erreur historique; le racisme, une défense naturelle. 
Pour Trump, il faut se protéger de toutes ces déviances qui affligent le bon peuple américain, il faut s'armer physiquement et moralement contre l'envahissement des forces du mal. Ériger des murailles devient de la légitime défense devant les dangers qui menacent l'Amérique. Pour ce mégalomane dangereux, même les oreilles du bon sens ont des murs... Ce qu'il ne comprend pas cependant, c'est que l'ennemi est dans sa tête et dans celles de ses partisans qui se nourrissent de ce message de peur et de haine.  
Marcel Perron, Neuville