Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Donald Trump envisage de se représenter aux élections présidentielles de 2024.
Donald Trump envisage de se représenter aux élections présidentielles de 2024.

Trump a volé le parti

Marcel Perron
Marcel Perron
Neuville
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Les Républicains ont laissé le champ libre à Trump, lui permettant d’étendre ses tentacules auprès de groupes dont la réputation aurait dû normalement éveiller chez eux l’horreur ou du moins des soupçons pour un président en exercice. Par souci électoraliste, les membres républicains du Congrès ont fermé les yeux sur cet accaparement dont la prégnance risque de s’installer dans une permanence néfaste pour le peuple américain et les démocraties du monde entier.

En effet, ce vol du parti a été perpétré grâce à la complicité des principaux ténors républicains qui lui ont déverrouillé la porte en espérant profiter d’un retour d’ascenseur sous la forme de l’assurance d’une réélection personnelle éventuelle. Qu’adviendra-t-il du Parti républicain maintenant qu’une base importante de son électorat s’est amalgamée à des groupes suprémacistes blancs, aux complotistes de QAnon, à des milices paramilitaires d’extrême-droite et aux militants trumpistes qui croient au vol de l’élection présidentielle par les Démocrates?

Les sénateurs républicains auraient dû crever l’abcès en votant pour la destitution de Trump, empêchant ainsi sa candidature à l’élection présidentielle de 2024, ou encore appuyer ceux qui demandaient que le parti s’éloigne des mouvements subversifs qui gangrènent sa crédibilité. Les ténors républicains ont préféré pelleter leurs problèmes vers l’avant, laissant le temps à Trump de poursuivre sa croisade de mensonges dans une actualité dont il essaiera d’imposer de nouveau son propre agenda comme un gourou qui dicte ses volontés à des adeptes soumis.

Devant une division pouvant mener potentiellement à une scission du Parti républicain, ce sont les Démocrates qui en ressortiront gagnants. Ainsi, le vol du Parti républicain par Donald Trump risque donc de ne pas lui profiter et aura plutôt pour effet de polluer davantage la vie politique américaine et le mandat prometteur de Joe Biden.