Très déçu du PQ

Jusqu'à présent, on a surtout discuté de l'article interdisant le port de signes religieux ostentatoires en termes de droits fondamentaux ou de principes (laïcité ou égalité homme-femme). Mais si cet article devient loi, qu'arrivera-t-il à ces femmes qui, par peur de perdre leur emploi et gagne-pain, enlèveront leur voile en entrant au travail? Devront-elle travailler avec la peur que des membres de leur communauté ou de leur famille n'attentent à leur vie ou à leur intégrité physique parce qu'elles ne portent plus le voile?
Jusqu'à présent, on a surtout discuté de l'article interdisant le port de signes religieux ostentatoires en termes de droits fondamentaux ou de principes (laïcité ou égalité homme-femme). Mais si cet article devient loi, qu'arrivera-t-il à ces femmes qui, par peur de perdre leur emploi et gagne-pain, enlèveront leur voile en entrant au travail? Devront-elle travailler avec la peur que des membres de leur communauté ou de leur famille n'attentent à leur vie ou à leur intégrité physique parce qu'elles ne portent plus le voile?
Crainte exagérée vous croyez? Qu'en savez-vous? Vous avez déjà oublié l'affaire Shaffia, ces quatre jeunes Montréalaises qui au retour d'un voyage familial à Toronto furent asassinées à Kingston par leur père et leur frère parce qu'elles refusaient de porter le voile et de ne fréquenter que de bons garçons musulmans.
Le gouvernement a-t-il fait enquête sur les familles de ces fonctionnaires voilées afin de déterminer si elles ne sont pas entourées de mâles islamistes radicaux tout aussi capables que les mâles Shaffia d'attenter à leur vie ou à leur intégrité physique (l'acide au visage, ça s'est déjà produit). Et si une telle chose arrivait à une de nos fonctionnaires, vous seriez toujours fiers d'avoir appuyé l'inclusion de cet article prohibant le port de signes religieux dans la fonction publique? Pourriez-vous prétendre sincèrement que vous ne pouviez pas prévoir?
Si ces femmes portent le voile par conviction, par tradition ou par soumission et peur de leur iman, famille ou communauté, ce sont essentiellement des victimes d'une religion qui les infériorise. Depuis quand punit-on les victimes au Québec afin qu'elles cessent d'être des victimes? Comme si frapper quelqu'un qui est déjà par terre l'aidait à se relever. Pourquoi ne pas tendre la main plutôt?
Pourquoi ne pas les protéger en oeuvrant à réduire la cause de leur peur de se dévoiler, soit l'interprétation que font du Coran certains imans? Pourquoi ne pas légiférer sur la pratique de la fonction d'iman au Québec? La France et l'Allemagne le font déjà. L'éducation et le temps feront mieux que la provocation. Les femmes musulmanes finiront bien par s'adapter à la mode vestimentaire qui a cours en Occident, mais à leur rythme à elles, selon l'évaluation qu'elles feront du risque qu'elles encourent à se dévoiler.
Un souverainiste déçu du PQ,
Claude Côté, Québec