Tramway: le réaliser et vivre avec

POINT DE VUE / Le projet de tramway semble actuellement susciter plus de questions que de réponses. On craint des dépassements de coûts avant même de les avoir évalués avec précision. C’est quoi notre problème?

Nous sommes en face d’un projet à budget fixe, issu en majorité de subventions gouvernementales et basé sur des estimés initiaux globaux, mais pour lesquels on n’a pas les détails et, surtout, dans lequel on n’a qu’estimé un taux de «surprises» en cours de réalisation, savamment appelé contingence.

On essaie de faire tout ça en tenant la population informée et en la consultant le plus possible, pour éviter de se faire accuser de travailler en secret et de la mettre devant des faits accomplis au terme de nos efforts de conception.

Ce que nous vivons présentement, c’est l’autre côté de la médaille de cet héritage cartésien que nous tenons de nos ancêtres les Français. Nous sommes prudents et nous évitons de foncer avant d’avoir en mains tous les morceaux du puzzle de notre conception. Au risque de retarder, parce qu’incapables de décider, paralysés que nous sommes par notre désir de bien faire immédiatement, sans faire d’erreur. Il faut donc connaître dès maintenant la réponse aux 147 questions qui sont posées, en priant pour que des centaines d’autres ne s’y ajoutent pas en corollaires ou requêtes de compléments de réponses une fois qu’on y aura répondu.

Un projet comme le tramway comportera des erreurs. Des petites, des moyennes et des grandes. Mais la plus grande erreur, ce serait de dépenser une grande partie du budget à faire des plans, à tergiverser sur plein d’alternatives et à cumuler des retards coûteux pour toutes sortes de raisons, de peur de se tromper et de se le voir reprocher. Et j’ai bien peur qu’on soit en train de dériver vers ce genre de scénario.

On a décidé pour un tramway? On doit maintenant le réaliser... et vivre avec! Et ce sera pareil pour le troisième lien, si on décide un jour d’aller de l’avant avec cet autre projet.