Bien que le projet de nouveau complexe hospitalier constitue un grand générateur de déplacement, son potentiel de desserte dans les environs est moindre par rapport aux quartiers situés aux abords de la 1re Avenue. Ci-dessus, le chantier en 2018. — Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Tramway et nouvel hôpital: la réplique de Rémy Normand

POINT DE VUE / En réaction au point de vue «Deux projets indissociables» paru le jeudi 5 décembre

 Le projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC) s’articule autour de quatre grandes composantes: le tramway, le trambus, des infrastructures dédiées au transport en commun et un réseau bonifié de Métrobus. Si le tramway constitue la colonne vertébrale de ce réseau structurant, toutes les composantes sont interdépendantes et déterminantes dans l’offre d’une solution optimale de transport en commun, bénéficiant à l’ensemble de la population.

Le RSTC converge vers le projet de nouveau complexe hospitalier (NCH) en projetant une offre de transport en commun privilégiée, incluant une station de trambus, un réseau optimisé de Métrobus et une connexion aux réseaux cyclables et au tramway. Si l’avenue de faire passer le tramway sur le boulevard Henri-Bourassa n’a pas été retenue, c’est en raison notamment du dédoublement avec l’offre de transport en commun projetée et de contraintes techniques.

Le tracé de référence retenu pour le tramway : un choix optimal

Le choix du tracé du tramway est déterminé par sa capacité à desservir les principaux générateurs de déplacement et d’intercepter les grands flux de déplacement. Bien que le NCH constitue un grand générateur de déplacement, son potentiel de desserte dans les environs est moindre par rapport aux quartiers situés aux abords de la 1re Avenue. Les quartiers Vieux-Limoilou, de Lairet, Saint-Rodrigue et Charlesbourg présentent un plus fort bassin de population, et donc de desserte en transport en commun, ce qui renforce le choix de faire passer le tramway à proximité de ces secteurs.

Le tracé du tramway doit aussi permettre de répondre à des contraintes techniques et de coûts, tout en ayant un impact minimal dans le milieu. Faire passer le tramway sur Henri-Bourassa pour desservir le NCH constituerait un prolongement de 1,4 km net par rapport au tracé de référence. Cela se traduit en une hausse des coûts et du temps de parcours, plus long de 5 minutes entre le centre-ville et Charlesbourg. Dévier le tracé du tramway sur Henri-Bourassa impliquerait des acquisitions supplémentaires et une présence de rayons de virage importants qui affecte la performance du tramway.

Le réseau structurant de transport en commun : une solution globale

La solution optimale pour desservir le nouveau complexe hospitalier consiste à optimiser l’offre de transport en commun. Un arrêt trambus à la Station Hôpital de l’Enfant-Jésus situé à proximité de l’entrée principale du NCH permettra d’y accéder par une marche de 4 minutes. Cet arrêt se connectera au tramway, aux réseaux cyclables et aux Métrobus 800, 801, 802 et 803. La bonification de la desserte des Métrobus permettra de rejoindre les différentes entrées du NCH. C’est par ses différentes composantes et par son effet structurant que le réseau structurant de transport en commun, en partenariat avec le Réseau de transport de la Capitale (RTC), assurera une desserte optimale au NCH. Ces deux projets sont indissociables.

En terminant, je tiens à rappeler que le RTC ainsi que le Bureau de projet du RSTC sont en lien actuellement avec les autorités du NCH afin de s’assurer que nos propositions répondent bien aux besoins des employés et des autres clients de ce secteur de la ville.