Surprise et déception

En réaction à la chronique de François Bourque «Entre vous et moi», parue le 1er juin dans Le Soleil

Dans sa chronique du 1er juin, François Bourque nous partageait des commentaires qu’il reçoit et qui sont en désaccord avec la vision qu’il présente au sujet d’un troisième lien Québec-Lévis. 

Ma surprise a vite fait place à la déception : déception de constater l’existence d’arguments aussi vides de sens.

Mais j’ai vite compris que ce sont aussi l’écho d’opinions proclamées haut et fort par quelques personnes qui jouissent d’une tribune parlée ou écrite dans laquelle ils amènent, non pas des arguments basés sur le fond de la question, mais des commentaires qui ne font que mettre en doute les compétences et les intentions des gens qui ne pensent pas comme eux.

Il existe des arguments valables en faveur d’un troisième lien, mais, dans la forme envisagée actuellement, ils ne font pas le poids face aux inconvénients engendrés. 

Évidemment, chacun y va avec sa grille d’analyse. C’est normal de ne pas tous penser dans le même sens, mais lorsqu’on n’a rien d’autre à dire que du dénigrement, c’est qu’on n’a rien à dire. C’est très décevant parce que ce n’est pas de cette manière qu’on peut faire évoluer une société.

Heureusement, il y a encore des journalistes comme François Bourque qui se donnent la peine de peser les arguments «pour et contre» de ce genre de projet en se basant sur une analyse factuelle et en les situant dans le contexte d’une vision à long terme.