Le directeur général du Regroupement provincial des comités d'usagers, Pierre Blain.

Surdiagnostic et gaspillage

Un grand ménage s'impose dans le financement de nos services de santé. La consultation du Commissaire à la santé et au bien-être sur le panier de services assurés en santé et en services sociaux, qui se terminait vendredi dernier, est tout à fait pertinente. Comme principal porte-parole des usagers du réseau, le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) a tenu à transmettre un mémoire documenté.
Les usagers questionnent notamment la pratique du surdiagnostic, qui ferait perdre 5 milliards $ par année à l'État québécois. Nous interrogeons également le gaspillage de médicaments, lié au fait que plus de la moitié des usagers ne comprendraient pas bien le traitement prescrit par leur médecin.
Le dossier médical informatisé permettrait d'éviter de répéter les mêmes examens diagnostiques plusieurs fois et de générer des économies d'échelle. L'implantation de nouvelles technologies devrait faire l'objet d'un encadrement rigoureux de façon à éviter des dépassements de coûts non autorisés.
Cela dit, le RPCU se désole qu'il n'existe à l'heure actuelle aucune source officielle en mesure de donner un portrait juste et précis des coûts réels du panier de services assurés au Québec. Dans ce contexte incertain, nous recommandons que les valeurs de respect, d'équité et de prévoyance soient à la base d'une prise de décision éventuelle du gouvernement du Québec concernant le panier de services.
Pierre Blain, directeur général Regroupement provincial des comités des usagers, Montréal