«Avec la pénurie de main-d’œuvre que connaît le secteur de la restauration, utiliser des robots en cuisine et abandonner les salles à manger constituent des modèles de plus en plus attrayants. Voici l’arrivée des cuisines fantômes.»
«Avec la pénurie de main-d’œuvre que connaît le secteur de la restauration, utiliser des robots en cuisine et abandonner les salles à manger constituent des modèles de plus en plus attrayants. Voici l’arrivée des cuisines fantômes.»

S.O.S. «Cuisines fantômes»

Dr Sylvain Charlebois
Dr Sylvain Charlebois
Professeur en distribution et politiques agroalimentaires, Université Dalhousie
POINT DE VUE / Rares sont les thèmes sur lesquels le secteur agroalimentaire au grand complet s’entend quasiment à l’unanimité. Mais il en existe un qui ne surprend personne, celui de la pénurie de main-d’œuvre qui fait très mal. Il s’agit simplement de visiter un restaurant ou un endroit touristique pour s’en rendre compte ces jours-ci. De façon très sournoise et subtile, certains établissements ferment plus tôt, ou ouvrent plus tardivement sans vraiment en donner la raison. Restaurants, hôtels, lieux d’attraction, foires, peu importe, le manque de personnel est criant.