Lorsque Mme Prégent s’exprime dans la sphère publique, c’est la présidente du conseil d’administration de l’UDA qui parle et non l’artiste. —

Sophie Prégent s’est-elle mise en conflit d’intérêts?

Dans la foulée des allégations d’intimidation sur les plateaux de tournage du réalisateur Sylvain Archambault dénoncés par plusieurs artistes et membres de l’industrie, Mme Sophie Prégent, comédienne et présidente de l’Union des artistes (UDA), a été invitée à commenter les événements. Lors d’une entrevue à l’émission de radio de Paul Arcand où elle était invitée comme présidente de l’UDA, Mme Prégent a relaté son expérience personnelle avec M. Archambault.

Dans le cadre de cette entrevue, elle a notamment confié à l’animateur que le réalisateur était certes «rempli de défauts», mais que «ça s’arrête là» et que l’univers glauque et inconfortable des tournages pouvait favoriser l’émergence de comportements intimidants. En outre, elle a mentionné qu’elle n’avait pas été indisposée par le comportement de Sylvain Archambault. Par ses propos, Mme Prégent a semblé banaliser les dénonciations de ses membres et les comportements réprobateurs reprochés à M. Archambault. Par ailleurs, ses propos ont soulevé l’ire de certains membres de l’UDA qui lui reprochent de s’être placée en situation de conflit d’intérêts en racontant son expérience personnelle et en minimisant le comportement de M. Archambault. Qu’en est-il?

La mission de l’UDA consiste à défendre les intérêts sociaux, économiques et moraux de ses membres. En tant que présidente du conseil d’administration de l’UDA, Mme Prégent est la principale porte-parole et la représentante officielle de l’UDA. Elle en est la voix. Elle en est l’image. En tout temps, Mme Prégent doit placer l’intérêt supérieur de l’UDA au-delà de ses intérêts personnels. Elle doit veiller à la réalisation de la mission de l’UDA. Lorsque Mme Prégent s’exprime dans la sphère publique, c’est la présidente du conseil d’administration de l’UDA qui parle et non l’artiste. Cette dissociation est cruciale. Les gens ne font pas la distinction entre les chapeaux de Mme Prégent : l’artiste et la présidente du conseil d’administration.

Est-ce que Mme Prégent s’est placée en situation de conflit d’intérêts? A-t-elle véritablement préféré son intérêt personnel à celui de l’UDA? En fait, par ses propos, Mme Prégent a cautionné le comportement de M. Archambault sans tenir compte de l’intérêt de ses membres. Par le fait même, elle a, d’une certaine manière, discrédité les allégations de certains membres de l’UDA. Des membres dont l’UDA a la mission de défendre les intérêts. Elle a failli à son rôle de présidente du conseil d’administration. Elle a fait preuve d’un manque de retenue et de jugement requis par la nature de son rôle.

Joanne Desjardins, avocate, Montréal