Le Séminaire des Pères Maristes

Séminaire des Pères Maristes: la punition ne suffit pas

La bombe qui a éclaté aux Pères Maristes en avril m’a amené à vous livrer la réflexion qui suit. D’abord, je ne juge personne, je ne connais pas tous les détails. Je ne suis pas dans la peau des parents, des jeunes ou de ceux qui ont géré la crise depuis le 18 avril. Par contre, j’ai baigné 34 années de ma vie dans une école spécialisée en adaptation scolaire où mes collègues et moi en avons vu de toutes les couleurs concernant l’intimidation et la violence de toutes sortes.

Notre manière de travailler a beaucoup évolué durant ces 34 ans. Nous avons constaté que punir les coupables ne suffisait pas si l’éducation ne faisait pas partie de nos interventions. Les jeunes garçons aux Pères Maristes ont commis un geste grave, mais pas irréparable justement quand on a 12 ou 13 ans. À cet âge, on explore, on teste, on est insouciants, inconséquents de la portée de nos gestes et ça prend parfois une bombe pour que tout à coup, on réalise la gravité de nos actes.

Les jeunes passent une grande partie de leur temps à l’école, ce qui en fait un milieu d’éducation par excellence. Je ne connais pas toutes les interventions qui ont été faites à part les conséquences infligées aux garçons. Mais je sais qu’une rencontre entre les victimes, les agresseurs, les parents, une rencontre bien dirigée par un professionnel, aurait pu entraîner un tout autre dénouement à cette histoire. Le pardon, ça existe. Personne n’avait d’intention criminelle, ils ont juste besoin d’être éduqués. Que vont-ils retenir de tout ça au bout de la ligne? Que peu importe, la multiplication des punitions, les chances de rédemption sont nulles? Dans leurs têtes, ils seront toujours coupables... Dommage de rater une si belle occasion d’éduquer!

Marlène Gagnon, Québec