L'auteur de cette lettre d'opinion recommande au premier ministre et à son nouveau ministre de la Justice de faire rapidement une proposition de réparation à SNC-­Lavalin, tel que le permet la loi, afin de sauvegarder comme il le prétend les 9000 emplois au Québec et au Canada.

Saga SNC-Lavalin: le leadership «cool» de Trudeau et l’agenda caché

Depuis un mois, le gouvernement canadien se donne en spectacle sur la place publique pour savoir qui a tort ou raison dans la gestion du dossier SNC-Lavalin.

Le premier ministre, lors de sa dernière conférence de presse, a choisi d’adopter dans ce dossier un leadership cool se voulant, dit-il, respectueux des opinions divergentes de la sienne. Il priorise aussi la concertation et le dialogue, contrairement au style de son défunt père P.E .Trudeau, qu’il a lui-même qualifié de plus «confrontant» que le sien, et ce, en tout respect. Force est de constater que le leadership cool a atteint ses limites en considérant deux enjeux et voici pourquoi:

Premier enjeu: la stratégie de nuisance et l’agenda caché. Les deux ministres démissionnaires du cabinet fédéral ont vite compris la faiblesse du leadership de leur chef désirant avant tout être cool avec elles. En le confrontant directement, elles poussent l’insulte en demeurant membres du caucus de leur parti qui se prépare à aller en campagne électorale. Pourquoi, en dénigrant leur chef, ne se préoccupent-­elles pas davantage de leur éventuelle réélection? Que recherchent-elles en affaiblissant le leadership de leur chef? Comment expliquer une telle attitude sinon par un agenda caché? En effet, tant qu’elles seront membres du caucus libéral, les ministres démissionnaires pourront empêcher le gouvernement de négocier une éventuelle proposition de réparation avec SNC-Lavalin, en prétendant que le parti libéral n’aura aucune chance d’être réélu si le gouvernement adopte une telle proposition.

Deuxième enjeu: la stratégie d’affaiblissement du gouvernement. Au-delà du respect des principes de droit dont elles se réclament, il y a en politique d’autres principes tel le respect du chef, son autorité et celle du gouvernement. En affaiblissant le leadership du premier ministre, les deux ministres démissionnaires affaiblissent la crédibilité du gouvernement dans d’autres dossiers ayant une portée internationale, notamment la ratification de l’accord de libre-échange avec les États-Unis et la baisse des tarifs sur l’acier et l’aluminium, le contentieux avec la Chine concernant la demande d’extradition de la dirigeante de Huawei, dans le respect des règles de droit et enfin la bourse de carbone que désire implanter le gouvernement fédéral dans les provinces afin d’atteindre ses objectifs de diminution des gaz à effet de serre (GES).

Dans un tel contexte, je suggère donc au premier ministre de demander aux deux ministres démissionnaires d’aller au bout de leurs convictions et de quitter le caucus de leur parti. Le mal est déjà fait. Par ailleurs, je recommande au premier ministre et à son nouveau ministre de la Justice de faire rapidement une proposition de réparation à SNC-­Lavalin, tel que le permet la loi, afin de sauvegarder comme il le prétend les 9000 emplois au Québec et au Canada.

En tant que citoyen québécois, je m’inquiète d’un éventuel procès contre SNC-Lavalin puisque tous les Québécois sont actionnaires de cette entreprise via les 20 % d’actions que détient la Caisse de dépôt et placement. Monsieur le premier ministre, les citoyens du Québec et du Canada s’attendent à un leadership fort.