RTC: le projet d'abolition de sept arrêts à Sillery revient sur la table

On ne peut évidemment pas s'opposer aux grandes orientations du Réseau de transport de la Capitale (RTC), qui visent à améliorer l'efficacité du réseau du transport en commun. C'est d'ailleurs ce que le sondage du RTC, qui était disponible en ligne du 29 août au 15 septembre, demandait à la population : si elle était d'accord avec les orientations de son «réseau de l'avenir». Lors de la période de consultation du RTC pour l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, qui a eu lieu le 9 septembre dernier à l'Université Laval, les informations transmises portaient surtout sur les grandes lignes du projet et peu de détails ont été fournis à la population concernant l'échéancier et les changements qui toucheront chaque parcours.
Derrière les grandes lignes, on découvre parfois de mauvaises surprises. L'une d'elles est le retour du projet d'abolition de sept arrêts du parcours 11 dans le secteur de Sillery, plus précisément sur le chemin Saint-Louis, la rue Sheppard et l'avenue Maguire.  
Déjà au printemps, il en avait été question, la population s'y était opposée en grand nombre et le service avait finalement été maintenu : un grand soulagement pour tous les résidents du quartier, travailleurs, étudiants et personnes âgées qui utilisent régulièrement ce parcours, de même que pour tous les commerçants de la Maguire.
Malgré les protestations de la population au printemps, le projet est maintenant à nouveau remis sur la table par le RTC. Alors que les bénéfices visés par la révision du réseau sont de rendre le «réseau plus simple, plus fréquent, plus confortable, plus rapide et plus fiable», c'est exactement l'inverse qui se produira si on abolit le service de transport de proximité dans ce secteur de Sillery. La disparition de ces sept arrêts impliquerait une augmentation considérable du temps de marche pour se rendre aux arrêts du parcours 11, qui seraient alors déplacés sur le boulevard Laurier. Une situation particulièrement difficile pour bien des étudiants du secondaire, qui n'ont pas accès au transport scolaire et qui doivent utiliser le parcours 11 pour se rendre tous les jours à leur école en transportant un sac à dos souvent très lourd. Et c'est sans parler du fait que certaines personnes âgées risquent d'être privées de transport en commun en raison des distances trop grandes distances à marcher pour se rendre aux arrêts sur le boulevard Laurier.
Alors que le parcours 800 dessert tout le secteur au nord du boulevard Laurier, le parcours 11 desservait très bien jusqu'à maintenant tout le secteur sud, entre l'avenue Maguire et le chemin Saint-Louis, qui sera malheureusement laissé pour compte si le parcours est modifié.
Que l'on veuille diminuer les services de transport en commun dans un secteur présentement visé par la densification me semble très contradictoire. La diminution de cette accessibilité au transport en commun va à l'encontre même du plan de mobilité durable de la Ville de Québec. 
Monsieur Alain Mercier, directeur général du RTC, a précisé que les changements proposés pour le parcours 11 n'étaient pas encore définitifs et il encourage les citoyens à faire part de leur point de vue au RTC.
Si vous êtes d'avis, comme moi, que le maintien d'un service de transport de proximité est essentiel, je vous encourage à communiquer avec le service à la clientèle du RTC pour faire part de vos commentaires, en précisant que vous demandez un suivi.
Lucie Lavigueur, Québec (quartier de Sillery)