Réussite éducative : une grille de correction pour la politique à venir

Connaitre les critères de correction d'un travail qu'il doit remettre est susceptible de contribuer à la qualité de la copie d'un élève. Je me permets donc aujourd'hui de communiquer au ministère de l'Éducation la grille que je suggère aux québécois d'utiliser pour évaluer, lorsque publiée, la politique de la réussite éducative sur laquelle il planche actuellement.
Directives aux correcteurs et correctrices : encerclez le chiffre 0 ou 1, selon que les éléments suivants sont absents ou présents dans le texte de cette politique. 
Grille d'évaluation
1. Le ministère constate qu'il faut éviter d'improviser en éducation : il recommande la création d'un Institut national en éducation. Cet organisme indépendant devient la référence, entre autres, des milieux scolaires et des parents en ce qui a trait aux pratiques exemplaires qui reposent sur des données probantes. 0  1
2. Le ministère reconnait que la majorité des enfants vulnérables ne vivent pas en milieu défavorisé : il s'engage à offrir, d'ici 2022 la maternelle 4 ans à tous les jeunes québécois. 0  1
3. Le ministère identifie la littératie comme un élément fondamental de la réussite scolaire : il considère essentiel d'assurer, entre autres, un suivi systématique des lecteurs débutants et d'offrir rapidement une intervention professionnelle soutenue auprès de ceux qui éprouvent des difficultés. 0  1
4. Le ministère affirme que la qualité de la langue et du dossier scolaire des candidats à la profession d'enseignant n'est pas négociable : il en fait maintenant une exigence d'admission au baccalauréat en enseignement. 0  1
5. Le ministère reconnait officiellement que l'enseignement est une profession. Il recommande que sa pratique devienne encadrée par deux ordres professionnels : celui des enseignants et celui des orthopédagogues. 0  1
6. La politique de la réussite éducative identifie une sous-scolarisation des jeunes adultes québécois, particulièrement celle des hommes. Elle recommande d'accorder une attention particulière aux difficultés scolaires des garçons et de valoriser la présence de modèles masculins de réussite, particulièrement en littératie. 0  1
7. Le ministère constate des taux nettement trop faibles de diplomation chez les élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage. Il réaffirme sa décision de réviser la politique en adaptation scolaire et de déposer un plan d'action portant sur : 
a) sur un plancher garanti de services professionnels;
b) la prévention et l'intervention précoce;
c) la formation des enseignants; 
d) le remplacement de l'approche catégorielle pour octroyer le financement et offrir les services adaptés. 0  1
8. Le ministère est conscient de la confusion qui existe entre les termes diplomation et qualification : il propose que dorénavant l'indicateur reconnu au Québec pour évaluer l'évolution de la diplomation au secondaire sera la proportion d'une cohorte d'élèves qui obtiennent, avant l'âge de 20 ans, un diplôme d'études professionnelles (DEP) ou un diplôme d'études secondaires (DES). 0  1
9. Le ministère reconnait que la société québécoise doit communiquer aux jeunes et à leur famille  des attentes élevées quant à la réussite éducative. L'âge de fréquentation scolaire obligatoire sera haussé à 18 ans ou l'obtention d'un des diplômes du secondaire. 0  1
10. Le ministère considère enfin que toutes les écoles doivent contribuer à la réussite éducative de tous les élèves. Il fait donc obligation aux écoles privées et aux écoles publiques à projets pédagogiques particuliers d'adopter une politique inclusive d'admission, respectueuse de la proportion des élèves québécois (20%) handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage. 0  1
Résultat :  ____ /10
Interprétation
De 8 à 10 : de très bon à excellent La situation de la réussite éducative au Québec est vraiment susceptible de s'améliorer d'ici cinq ans. À la suite de l'adoption de cette politique, le taux de diplomation après six années passées au secondaire rejoindra probablement, d'ici 2025, celui des meilleurs systèmes éducatifs d'Amérique du Nord.
De 5 à 7 : de faible à passable
Le taux de diplomation (DEP et DES après six années au secondaire) continuera à augmenter lentement et va très probablement demeurer, compte tenu de l'écart actuel, inférieur à celui des meilleurs systèmes éducatifs Nord-Américains. 
4 ou moins : le ministère n'obtient pas la note de passage
L'épreuve devra, de nouveau, être reprise. 
Égide Royer, professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de Université Laval