Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Réduction des limites de vitesse et qualité de vie

Véronique Mercier
Véronique Mercier
Québec
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / M. François Bourque, j’ai trouvé votre chronique sur les nouvelles limites de vitesse intéressant et bien documenté, mais il ne concerne qu’un seul angle, celui de la sécurité. Selon moi, la réduction des vitesses est aussi une question de qualité de vie et de vision à long terme, celle d’une cohabitation plus équilibrée et juste entre tous les usagers et les résidents de nos rues. Avez-vous déjà marché dans une rue sans trottoir où des voitures passent à côté de vous à 60 km/h ?

Aussi, votre article ne traite pas des grands excès de vitesse. Une personne qui roulait à 80 km/h dans une zone de 50 km/h va-t-elle vraiment maintenir une telle vitesse dans une zone de 30 km/h ? La vitesse moyenne, prise seule, n’est pas un indicateur assez raffiné pour juger des bienfaits de la réduction des limites de vitesse pour les résidents.

Habitez-vous dans un milieu qui est déjà tranquille ? Dans mon quartier, la Cité-Universitaire, la vitesse et la circulation de transit sont des nuisances importantes. Avec la densification, la situation empire. Il y a de plus en plus de monde dans nos rues. Les automobilistes pressés empruntent nos petites rues résidentielles pour aller plus vite et gagner une minute sur leur trajet. Un groupe de parents s’est d’ailleurs mobilisé et a créé une page Facebook «Groupe pour la sécurité routière dans le secteur de l’école Fernand-Séguin».

Enfin, le bruit des voitures augmente exponentiellement avec la vitesse, d’autant plus que les policiers tolèrent les véhicules aux silencieux modifiés, brisés ou inexistants. Là aussi, des contraventions se perdent.

Vous évoquez à peine le fait de partager la rue résidentielle avec les enfants, les piétons et les cyclistes. Il n’y a peut-être pas d’accidents graves dans les rues résidentielles, mais serait-ce parce que nous ne laissons plus y circuler nos enfants?

J’espère que le Service de police va donner des contraventions, et je ne comprends pas pourquoi il devrait se gêner. Pour ne pas déplaire à la population ? Nous sommes plusieurs à fonder beaucoup d’espoir sur cette nouvelle réglementation, mais comme vous dites, elle devra être accompagnée de sensibilisation et de mesures coercitives pour donner des résultats.

À lire aussi