Récréations: allons jouer dehors!

POINT DE VUE / Chers lecteurs du journal Le Soleil,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous faire part de notre opinion quant au fait d’avoir des récréations de 20 minutes à compter de la rentrée scolaire 2019-2020.

Tout d’abord, aller jouer dehors plus longtemps favorise la santé et la réussite scolaire des jeunes. Malheureusement, nous avons lu dans une étude que 40% des écoles primaires du Québec offraient moins de 30 minutes de récréation par jour (source : Radio-Canada, 12 février 2019, Deux récréations de vingt minutes pour les écoliers du primaire l’automne prochain). 

Selon nous, les élèves ont besoin d’une plus longue pause afin de dépenser leur énergie et se changer les idées. Ainsi, ils reviendront en classe beaucoup plus calmes et posés. Prenons l’exemple d’une école au Texas : la récréation est passée de 20 minutes à une heure. Les élèves ont pu prendre de l’avance dans les travaux au lieu de prendre du retard. Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils étaient plus disposés à travailler après avoir lâché leur fou en jouant à différents jeux. Bref, le modèle d’augmenter le temps à l’extérieur est bénéfique pour tous.

Comme vous le savez, la société vit présentement un phénomène d’obésité chez les jeunes. En prolongeant les récréations, les élèves pourront bouger davantage. Ils réduiront leur niveau de stress et d’anxiété. Par le fait même, cela les empêchera de manger inutilement afin de combler un vide. Pour inciter les jeunes à bouger lors des minutes supplémentaires de récréation, l’école pourrait organiser des jeux sportifs. Par exemple, dans notre école, un tournoi de mini-hockey est proposé aux élèves durant l’hiver. Au printemps, c’est au tour du tournoi de soccer d’être instauré. Autrement dit, ajouter du temps de jeu aux enfants pourrait apporter un vent de changement afin d’améliorer leurs habitudes de vie.

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de lire cette lettre.

De tous les élèves de la classe de madame Anne-Marie Lamontagne (5e année, école Les Bocages)

L'enseignante Anne-Marie Lamontagne avec ses élèves de 5e année de l'école Les Bocages