Ras-le-bol ou fed up?

En 1974, l’Assemblée nationale adoptait une loi faisant du français la langue officielle du Québec. Plus de 40 ans après, comment a-t-on pu arriver à ce laisser-aller sournois, à cet envahissement quotidien de tous ces mots en anglais?

Est-ce un souci d’économie de marketing que de nous imposer toutes ces marques de produits ou un désir inconscient de coloniser une fois pour toutes ces villages gaulois? Est-ce croire à une tendance branchée que de mettre en marché des produits dans la langue de Shakespeare ou un simple manque d’imagination? J’y vois un non-respect de mon identité. Dove Men plus care, Resolve Gold… ce n’est que ça partout!

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un discours contre qui que ce soit et encore moins une haine linguistique, il s’agit de protéger ma langue et celle de mes enfants. Si vous pensez que de défendre son identité nuit à celle des autres, abdiquez et rangez-vous du côté de la majorité. Je ne mange pas de ce pain-là cependant.

Il y a une responsabilité du gouvernement de veiller à la protection de ma langue et je suis convaincu que les critères devraient être resserrés, puis appliqués. Faire confiance à des multinationales dans ce domaine relève d’une belle naïveté, ça et nommer un président d’une compagnie pétrolière sur le comité environnemental…

Sébastien Légasse, Québec