Rapport de la Vérificatrice générale : Informations incomplètes et tendancieuses

POINT DE VUE / Ne sommes-nous pas nombreux à saluer le nécessaire travail de la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc et de son équipe d’auditeurs qui surveillent les fonds publics gérés par le gouvernement ?

Conséquemment, comment doit-on interpréter la conclusion du récent rapport de Mme Leclerc sur les subventions octroyées à des organismes sous la gouverne du précédent gouvernement et de sa ministre de l’économie, Dominique Anglade, tout en précisant par la même occasion, que des éléments importants sont absents de ses analyses parce que le ministère du Conseil exécutif (le bureau du premier ministre), et le Conseil du trésor lui ont refusé l’accès à des avis et analyses ? Toute information complémentaire qui lui aurait, peut-être, permis de justifier l’octroi de certaines subventions par le ministère de l’Économie et de l’Innovation. «C’est préoccupant pour le VG. C’est préoccupant pour le futur aussi», dixit la vérificatrice générale. Et ce, parce que «ces documents sont protégés par le secret des délibérations du Conseil des ministres». Un secret, semble-t-il qui vise à assurer la plus grande liberté de parole aux personnes à qui incombe la responsabilité de prendre des décisions gouvernementales, sans crainte de voir les documents ou leurs propos être examinés publiquement.

Rappelons-nous que c’est à la demande même de l’Assemblée nationale, de qui elle relève exclusivement, que la vérificatrice générale avait donné sa bénédiction à la stratégie budgétaire du gouvernement libéral, en août 2018, et selon ces termes: « ...sur la base des éléments probants obtenus, les hypothèses retenues et les prévisions relatives au cadre financier et à la dette pour les années financières 2019 à 2021, sont plausibles dans tous leurs aspects significatifs».

Or, que quiconque aujourd’hui utilise des informations incomplètes pour tenter de discréditer la gestion de Mme Anglade, actuellement l’unique candidate à la direction du Parti libéral, voilà une tactique pour le moins tendancieuse!