La tondeuse à gazon n'est qu'un petit désagrément parmi tant d'autres... 

Qui envie la quiétude de nos banlieues?

L'été est court. S'il n'en tenait qu'à moi, je vivrais dehors tout l'été. Je prendrais tous mes repas sur le patio. Qu'est-ce qui m'en empêche? Le bruit.
L'été est court. S'il n'en tenait qu'à moi, je vivrais dehors tout l'été. Je prendrais tous mes repas sur le patio. Qu'est-ce qui m'en empêche? Le bruit.
Je vous entends penser : ah oui les tondeuses! Mais si ce n'était que ça. Il y a aussi les thermopompes. La vieille machine de mon voisin a fait défaut il y a quelques semaines. Je n'entendais plus le grondement habituel et exaspérant de sa pompe, mais un gros bruit hors norme, jour et nuit qui a bien duré deux semaines, le temps qu'un réparateur vienne remettre en place le grondement. Que voulez-vous, même averti que tous les voisins n'en pouvaient plus, il fallait bien chauffer la piscine. Ah oui, cet engin est plus près de chez moi que de chez lui. Il l'a placé derrière son cabanon pour ne pas l'entendre. Et mon autre voisin m'a poliment demandé de mettre sa nouvelle pompe tout à côté de la clôture même si cela ne respectait pas la norme. Moi, la bonne poire, en bonne voisine, j'ai dit oui.
Tondeuse et thermopompe font un gentil ronron à côté des nouveaux outils d'entretien extérieur. Le nettoyeur à jet d'eau sous pression et la balayeuse. Hé oui, mon voisin balaie sa cour. Un balai et de l'huile de bras, c'est démodé pour avoir une cour bien propre.
Et là, c'est sans parler des compagnies d'entretien de nos terrains qui débarquent en force ; à la fois deux tondeuses, deux coupe-bordures et deux taille-haies. Je vous dis qu'à côté de ça, Metallica c'est de la musique de chambre. Deux de mes voisins font affaire avec une compagnie dont je soupçonne les patrons de défendre à leurs employés de faire une pause à l'heure normale pour dîner.
Parfois, je déclare forfait et je fais le choix de manger à l'intérieur malgré le beau temps.
Faudra-t-il en arriver à une entente municipale, une orchestration du genre : «On tond, on taille, on aspire les lundi et mercredi et pour le reste du temps, remisez vos machines infernales»? Que la tranquillité soit avec vous.
Gabrielle Dussault, Québec