Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Centrale de police du SPQV
Centrale de police du SPQV

Que se passe-t-il au Service de police de Québec?

Jean Lacoursière
Jean Lacoursière
Québec
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Le Service de police de Québec (SPVQ) semble capable du meilleur comme du pire. Le pire, ici, consiste à ne pas faire cesser un délit récurrent des plus faciles à régler.

Comme le rapportait Le Soleil le dimanche 2 mai, les courses nocturnes de voitures dans les rues du Vieux-Québec sont devenues une plaie que dénoncent depuis un an les résidants écœurés. Pourtant, ces derniers fournissent beaucoup d’informations au SPVQ: les chauffards sont là à la même heure, au même endroit, parfois ce sont les mêmes voitures, disent-ils.

Ça me rappelle un été pénible, vers 2006. Un jeune voisin avait atteint l’âge de conduire et il avait modifié l’échappement de sa petite voiture. Il pouvait rentrer à toutes heures de la nuit, mais il partait toujours travailler à la même heure, à 6h30. J’avais été voir sa mère, où il habitait, pour lui expliquer que cette pollution sonore était vraiment agressante et illégale venant d’un véhicule. Elle n’était pas d’accord avec moi.

J’appelai donc le SPVQ, pensant qu’il leur serait facile d’éduquer le jeune homme grâce à ma connaissance de l’heure et du coin de rue où il se pointait chaque matin. La réponse que je reçu fut sidérante: «Mais monsieur, vous ne voulez quand même pas qu’on se mette à l’attendre là le matin?»

Mon expérience dans les années ultérieures a montré que le SPVQ réagissait parfois promptement pour résoudre un problème de ce genre. Ils en sont très capables, ils savent le faire. Pourquoi est-ce que ça semble si difficile pour ce cas dans le Vieux-Québec? À une époque où l’on tente de combattre l’étalement urbain, pourquoi la vie en ville est-elle polluée par tous ces systèmes d’échappement illégaux dont l’essence même les dénonce à la police? De ce point de vue, je vais m’ennuyer du couvre-feu.