Publisac joue à la victime

Charles Montpetit
Charles Montpetit
Montréal
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / La semaine dernière, l’industrie des pâtes et papiers s’est élevée en faux contre une phrase que Martin Matte a lancée au sujet des circulaires lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle, comme quoi il est insensé «de couper des arbres quand les gens ont juste à aller voir sur Internet» (Le Soleil, 2 février). Publisac, de son côté, a même inséré un encart dans ses sacs pour taper sur le même clou.