Pourquoi tant d’opposition à la parité?

La parité femmes hommes, en culture, en affaires et en politique, suscite d’âpres débats ces temps-ci. L’argument le plus couramment utilisé pour s’opposer à la parité c’est de présumer de l’incompétence des femmes, et la crainte qu’elles ne méritent pas leur place. S’est-on déjà interrogé sur celle des hommes? Si on en croit cette logique, les femmes seraient par défaut incompétentes, et les hommes, par défaut, compétents. Ce biais inonde les réflexions anti-parité que nous pouvons lire et entendre ces jours-ci, dans un Québec supposément égalitaire. Ne sommes-nous pas en train de reculer?

Rappelons qu’en décembre dernier, le Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD) a participé à la consultation de la Commission des Relations avec les citoyens sur la place des femmes en politique, et présenté un mémoire en faveur d’une loi sur la parité. Sur 10 intervenants qui ont témoigné devant la Commission, sept ont aussi réclamé une loi en ce sens : le Comité des femmes de l’Amicale des anciens parlementaires, le Conseil du statut de la femme, le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec, l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFÉAS), Citoyenneté jeunesse et l’auteure Pascale Navarro.

Recul des femmes en politique

Or la journaliste Jocelyne Richer révèle que les membres de la commission s’apprêtent à dire non à une loi et à des cibles chiffrées à l’intérieur d’une zone paritaire (40 à 60 % d’hommes et de femmes). Pourquoi une telle résistance? Pourquoi tant de réserves en dépit de la volonté exprimée actuellement par les partis de présenter davantage de candidates et de l’appui de la population, comme l’indique un sondage Léger – Le Devoir, publié mercredi, dans lequel 69 % des répondants pensent que les «partis politiques devraient avoir autant de femmes que d’hommes parmi leurs candidats» ?

Actuellement, les femmes représentent seulement 29,6 % des députés à l’Assemblée nationale. En tenant compte des avancées et des reculs, le Québec a glissé, en seulement six ans, du 22e rang au 47e rang des pays selon le palmarès de l’Union interparlementaire1, loin derrière l’Espagne (13e) et la France (14e); Le Canada est au 59e rang.

La progression des femmes au Québec n’est ni linéaire ni progressive : depuis 15 ans leur proportion stagne ou régresse (30,4 % en 2003, 25,6 % en 2007, 29,6 % en 2008, 32,8 % en 2012, 27,2 % en 2014). Entre l’élection de 2008 et celle de 2014, nous avons même reculé de 5 %.

Le 24 avril, à l’occasion de la 3e édition de l’événement En marche pour la parité, le Groupe Femmes, Politique et Démocratie entend remettre officiellement aux chef(fe)s de partis une proposition de projet de loi en faveur de la parité susceptible de les inspirer. Celui-ci se veut non partisan et le plus consensuel possible. Notre espoir est que, à l’instar des suffragettes il y a 78 ans, les parlementaires acceptent enfin de passer de la parole aux actes.

Micheline Paradis
Présidente du Groupe Femmes, Politique et Démocratie