Pour le maitien des services du RTC dans le Vieux-Québec

Lettre à Monsieur Rémy Normand, président du conseil d'administration du Réseau de transport de la Capitale
Cher M. Normand. Je vous écris, au nom du Comité des citoyens du Vieux-Québec, pour vous exprimer notre désarroi face à votre décision de réduire les services du RTC du Vieux-Québec. 
Sur le site du RTC, nous apprenons que le nouveau parcours 11 va rendre «superflue la desserte du centre-ville par le parcours 3», et dans un article du Soleil du 23 mars, vous êtes cité comme ayant dit que ces changements s'effectueront «sans perte de service». Déjà nous avons perdu le parcours 7, devenu le 807 et qui ne vient plus dans le Vieux-Québec. Avec la perte du parcours 3, déjà réduit aux heures de pointe, le Vieux-Québec perd son seul lien avec la Basse-Ville, qui n'est pas desservie par le parcours 11.
Vous justifiez en partie cette perte de service en invoquant une «démarche visant à diminuer le nombre de véhicules lourds dans le secteur patrimonial». Vous mentionnez également que les touristes peuvent maintenant prendre le bus pour aller à Place Laurier. Mais pour les habitants du Vieux-Québec, sans lesquels les touristes ne jouiront pas d'un accueil humain et perdront l'expérience d'un quartier vivant et habité, un service de transport en commun intégré est essentiel. 
L'écolobus n'a pas fonctionné - pour des raisons technologiques - mais sa logique est toujours bonne, soit d'opérer une navette dont le trajet maximise les déplacements dans le Vieux-Québec pour faciliter les correspondances avec d'autres points et ainsi désengorger le Vieux-Québec. Si l'on arrive sur Honoré-Mercier avec le 800 ou le 801, il ne sera plus possible de transférer vers le 21 et ainsi se diriger à l'intérieur du Vieux-Québec. La disparition de la boucle dans le Vieux-Québec, effectué par le trajet 21, est une perte nette qui n'est pas compensée par le nouveau trajet du 11. Nous souhaiterions que vous considériez cet aspect. 
La diminution des autobus en transit dans le Vieux-Québec est certes louable, mais doit aussi inclure les autocars touristiques. Ces derniers contribuent de façon substantielle à cette circulation de transit. Il avait été évoqué à l'époque de la création du circuit de l'écolobus (trajet 21) que ce dernier servirait justement à décroître la circulation de transit des autocars touristiques. Il s'agissait à l'époque d'une bonne idée qui mériterait d'être réactivée et qui justifie un circuit en boucle dans le Vieux-Québec.
Nous apprécions, M Normand, l'attention que vous porterez à notre demande et la diligence qui caractérisera votre suivi. 
Louisa Blair, Comité des citoyens du Vieux-Québec