Au cours des dernières décennies, la plupart des écoles élémentaires du Québec ont fait une place grandissante aux nouvelles technologies de l’enseignement, tel l’avènement de l’informatique sous toutes ses formes.
Au cours des dernières décennies, la plupart des écoles élémentaires du Québec ont fait une place grandissante aux nouvelles technologies de l’enseignement, tel l’avènement de l’informatique sous toutes ses formes.

Point de vue sur le projet de Lab-École

Henri Marineau
Henri Marineau
Québec
POINT DE VUE / D’entrée de jeu, je veux dissiper toute équivoque à l’effet que le projet de Lab-École ne contienne pas des éléments positifs, notamment l’effort déployé par les instigateurs du projet pour améliorer la qualité de vie des élèves. De vouloir transformer l’école en milieu de vie incarne à première vue une intention louable.

Toutefois, je demeure convaincu que l’école est et doit demeurer d’abord et avant tout un milieu d’apprentissage, à défaut de quoi la raison d’être de l’école risque de s’effriter au profit d’une conception qui privilégierait le contenant au détriment du contenu. Et si cela s’avérait être le cas, nous commettrions une grave erreur d’aiguillage.

Au cours des dernières décennies, la plupart des écoles élémentaires du Québec ont fait une place grandissante aux nouvelles technologies de l’enseignement, tel l’avènement de l’informatique sous toutes ses formes.

Au primaire particulièrement, les élèves sont regroupés en équipes de quatre ou cinq pendant toute la durée de l’année scolaire, une stratégie qui favorise nettement le phénomène de la socialisation et, par ricochet, le travail en équipe.

Par ailleurs, je vois un danger dans l’implantation du Lab-École, à savoir que, dans l’emballement qu’il suscite, il risque de perdre de vue l’essence même de l’école au détriment d’un changement radical dans l’aménagement des lieux qui risque de «déboussoler» les élèves et de les distraire de leur concentration essentielle à leur apprentissage.

En résumé, je suis d’avis qu’il ne faut pas tout faire tomber les remparts de l’école traditionnelle au profit d’un concept tout à fait nouveau. Il m’apparaîtrait plus réaliste, voire plus productif, d’amalgamer les avantages de l’école traditionnelle à ceux du Lab-École qui irait dans la continuité de l’école d’aujourd’hui pour le plus grand bien de l’école, milieu d’apprentissage.