«Si la ville de Québec se dit inclusive, elle devra mettre en œuvre rapidement un plan stratégique afin de combler ce besoin criant de logements adaptés sur tout son territoire», écrit le directeur du Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap.

Pénurie permanente de logements adaptés dans une ville dite «inclusive»

Le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) dévoilait récemment une application Web permettant d’améliorer la recherche d’un logement accessible et adapté pour les personnes à mobilité réduite de la grande région de Québec.

Ainsi, toute personne ayant des besoins particuliers en matière d’habitation verront bientôt leur recherche grandement facilitée. Notre organisation a développé un registre qui inventoriera et référenciera le plus grand nombre de logements adaptés, accessibles ou adaptables sur tout le territoire. L’objectif visé de ce service est de pouvoir simplifier l’accès à l’offre en matière de logements adaptés tout en tenant compte, à termes, du caractère individuel et du niveau d’autonomie de la personne ayant des limitations fonctionnelles.

Au fil des ans, nos observations nous ont permis de constater un manque flagrant de données. À la suite de nombreuses demandes concernant le logement adapté, nous avons constaté que ce type de demande était en perpétuelle croissance, que ce soit de la part d’individus ou de professionnels. Nous pouvons même parler de pénurie permanente de logements adaptés à Québec. L’expérience utilisateur (UX) ainsi qu’une revue de littérature scientifique réalisées en collaboration avec une équipe de chercheurs du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) de l’Université Laval et de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) nous ont permis de valider la pertinence de nos observations et de la conception d’un tel projet.

Dans sa phase bêta, qui s’achève, l’application permet d’abord de chercher des logements adaptés à louer en utilisant des critères tels que le quartier, la superficie du loyer, le nombre de pièces, le type de location (meublé ou non), la proximité des services (centre hospitalier, commerces, établissement scolaire, etc.) et les services d’accessibilité (porte électrique, ascenseur, rampe d’accès, espace de stationnement, etc.).

Par cette initiative, nous souhaitons développer une collaboration avec les promoteurs du milieu afin de répondre à une demande qui ne cesse de grandir, surtout dans un contexte de vieillissement de la population et de l’importante restructuration du paysage urbain que la ville de Québec subira d’ici les prochaines années, avec notamment le réseau structurant ou le projet du Phare. Si la ville de Québec se dit inclusive, elle devra mettre en œuvre rapidement un plan stratégique afin de combler ce besoin criant de logements adaptés sur tout son territoire. Est-ce qu’il faut rappeler que la discrimination est interdite dans le domaine du logement, qu’elle soit basée notamment sur la condition sociale ou le handicap?