L'auteure de la lettre se dit horrifiée par la réaction de son député, Pierre Paul-Hus, et du Parti conservateur dans le dossier du dédommagement versé à Omar Khadr.

Pas en mon nom, Monsieur Paul-Hus

Monsieur Pierre Paul-Hus, en tant que député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, vous me représentez à Ottawa. Je dois donc vous dire que je ne me sens aucunement représentée par vous et votre parti concernant le traitement réservé à M. Omar Khadr. J'en suis même horrifiée. Votre chef, M. Scheer, prétend que les excuses et le dédommagement offerts à M. Khadr sont une gifle à tous les membres des forces armées. Je crois que c'est plutôt la position du Parti conservateur du Canada qui est une gifle pour une armée qui a pour mission de défendre et de représenter un pays respectant les droits humains, ses propres lois et sa signature sur des ententes internationales telle celle concernant les enfants-soldats.
Je tiens aussi à exprimer mon ébahissement devant l'acharnement qui s'abat depuis plus de 10 ans contre un enfant-soldat. M. Khadr n'avait clairement eu aucun choix dans le fait d'être présent dans le bâtiment attaqué, où il a été arrêté alors qu'il n'avait que 15 ans. Je suis fortement surprise de constater l'absence de rancoeur qui l'habite malgré tout ce qu'il a subi depuis.
Je conclus dans une optique plus générale : dans toute société existent des courants de haine, d'intolérance et de peur de l'autre, le plus souvent fondés sur l'ignorance et le manque d'information. J'en ai plus qu'assez des partis politiques qui tentent de se faire du capital politique en exploitant ces tendances, plutôt que chercher à les atténuer par de l'information adéquate, ainsi que le fait le gouvernement actuel dans le cas de M. Khadr. Le Parti conservateur du Canada n'est pas seul coupable en ce domaine.
Hélène LaRue, Québec