Nutrition : des raccourcis absurdes et dangereux

En tant que diététistes-nutritionnistes professionnels, nous sommes enthousiastes lorsqu'il y a un intérêt pour la nutrition - et préoccupés quand des informations erronées circulent dans les médias, car ceci a pour effet de perpétuer la désinformation et nuit à la santé des gens.
Une récente entrevue d'une radio de Québec avait pour objectif de commenter avec un invité les plus récentes analyses de l'étude PURE. Toutefois, le but premier de l'entrevue a manifestement dévié dès l'ouverture pour se tourner vers la promotion du régime «low-carb, high-fat» (communément appelé LCHF). Le régime LCHF est présentement la diète qui est à la mode». Elle vise une alimentation très faible en glucides et riche en gras, visant une perte de poids rapide. Toutefois, cette diète est tellement restrictive que la probabilité que les gens qui l'adoptent l'abandonnent à court ou moyen terme est élevée.
Par la nature de l'ensemble des propos entendus lors de cette entrevue, nous croyons qu'il est impératif d'en rectifier le contenu pour la protection et la sécurité de l'ensemble de la population. Ce complément s'avère essentiel d'autant plus que notre profession universitaire et règlementée a été comparée à l'astrologie, une comparaison à la fois absurde et dangereuse.
Le sucre
C'est devenu un classique de parler du sucre comme de l'ennemi numéro 1, sans faire la différence entre un fruit et des céréales sucrées ou une boisson gazeuse. Cette catégorisation simpliste du sucre démontre bien toutes les nuances qui sont nécessaires lorsqu'on parle de nutrition. Les glucides et les sucres ne sont pas tous coupables. Il y a une différence entre les aliments transformés riches en glucides, comme le jus, les boissons sucrées, le pain blanc, les pâtisseries et les bonbons, et les aliments entiers riches en glucides non transformés, comme le riz brun, le blé entier, les légumes, les fruits, les légumineuses, qui sont eux, associés à une bonne santé et à la prévention du risque de diabète, de maladies cardiovasculaires et d'obésité. Manger des aliments peu ou pas transformés par l'industrie alimentaire est généralement associé à une bonne santé globale. 
L'alcool
Peu importe la teneur en glucides ou en sucre d'une boisson alcoolisée, l'enjeu n'est pas là. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la consommation d'alcool est un facteur de risque de nombreux types de cancer, notamment ceux de la cavité buccale, du pharynx, du larynx, de l'oesophage, du foie, du côlon et du rectum et du sein. Même que les risques de cancer augmentent parallèlement avec la quantité d'alcool consommée. L'alcool doit donc être consommé avec jugement et modération, peu importe que ce soit du champagne, du vin, de la bière ou le nombre de grammes de sucre dans son verre. Encore une fois, cibler un seul nutriment (les glucides) nous fait passer à côté de l'impact réel d'un aliment sur la santé. 
Les nutritionnistes, comme tous les professionnels de la santé avec une formation universitaire se basent sur des données scientifiques crédibles pour émettre leurs recommandations et sont régis par le Code des professions. De par leur formation, les nutritionnistes interprètent les recherches en nutrition et personnalisent les recommandations pour leurs clients, et tiennent compte des impacts biologiques, psychologiques et sociaux des changements alimentaires. D'ailleurs, la prescription de diètes restrictives uniques, de méthode alimentaire comme le LCHF et de plans calculés est discutable et comporte certains risques, notamment celui de déclencher un trouble alimentaire. Les nutritionnistes travaillent sur des changements alimentaires sains et durables.
PURE, ce dont on aurait dû parler
Si vous êtes resté sur votre appétit à propos de l'étude PURE suite à cette émission, voici ce qu'on aurait dû vous dire : 
Bien que l'étude PURE soit une étude prospective conduite dans 18 pays et incluant plus de 135 000 personnes sur sept ans, ces derniers résultats ont peu de chances d'influencer les prochaines recommandations en nutrition. Dans leur analyse, les auteurs ont mis sur le même pied une pomme et un chausson aux pommes acheté chez McDonald's. Bien que les résultats soient intéressants pour l'ensemble des chercheurs académiques, ils auraient dû redoubler de prudence en tirant des conclusions simplistes pouvant être bien mal reprises par les médias à travers le monde.
En nutrition, tout n'est pas noir ni blanc. Chaque fois que l'on tente d'isoler un nutriment (glucides, protéines ou lipides) et de le rendre responsable de tous les maux, on fait fausse route. La réalité est que nous avons besoin de ces trois nutriments pour la santé et le plaisir de manger. Les glucides (grande famille incluant les sucres) fournissent du carburant pour nos muscles et notre cerveau, en plus de favoriser un microbiote (flore intestinale) résistant. Les lipides (gras) sont les composantes majeures des membranes du système nerveux et contribuent à l'absorption de certaines vitamines. Les protéines permettent la construction des muscles et tissus et sont les composantes des hormones. Les trois sont indispensables à la vie. 
Les maladies chroniques ne sont pas causées par le sucre ou le gras, mais bien par les excès d'aliments transformés et ultra-transformés qui sont riches en gras, en sucre et en sodium. Il faut cesser de chercher à isoler le nutriment coupable et plutôt viser l'équilibre. La santé ne repose pas uniquement sur des quantités de nutriments, mais plutôt sur de saines habitudes de vie de façon plus globale.
Au même titre que tous les professionnels de la santé règlementés, les diététistes-nutritionnistes ont une formation universitaire complète et rigoureuse, tant académique qu'au sein de leur milieu de travail. Nous sommes d'ailleurs responsables de maintenir les plus hauts standards en termes de formation et d'éthique professionnelle. Nous allons donc au-delà des modes, mythes et croyances pour offrir des conseils fiables qui améliorent réellement la santé et la qualité de vie des gens. En vulgarisant la science de la nutrition en des termes simples, nous révélons le potentiel des aliments et orientons l'avenir de toute la population en misant sur l'adoption de saines habitudes de vie. 
Caroline Dubeau, Dt.P, M.Sc. - directrice exécutive régionale pour le Québec, Les diététistes du Canada
Hélène Baribeau Dt.P. M.Sc
Annie Ferland Dt.P. Ph.D. Docteure en pharmacie
Karine Gravel Dt.P. Ph.D. Docteure en nutrition
Marjolaine Mercier Dt.P.