Régis Labeaume

Monsieur le Maire ou le complexe de la hauteur

M. Labeaume tente de restreindre le débat concernant l’érection de la tour sur le terrain de l’église St-François d’Assise selon sa propre conception très limitée du développement durable. En effet, il annonçait récemment en conférence de presse que le plus important, c’est de limiter l’emprise au sol des bâtisses afin de permettre la densification du quartier.

Il me semble que M. le Maire déforme et oublie volontairement plusieurs aspects du développement durable; soit la dimension environnementale, économique et sociale. Examinons le projet en question et voyons ce que l’oubli du maire cache.

L’environnement: En affirmant que seule la construction d’une tour peut réduire l’étalement urbain, il semble nier qu’en respectant le zonage actuel et construisant jusqu’à cinq étages, on pourrait ajouter un nombre fort respectable de logements sur un terrain qui n’en contenait aucun et que Limoilou est déjà, comme le dit M. Martin Dubois de l’École d’architecture, «un quartier ayant atteint une belle densité et que ce n’est peut-être pas le meilleur endroit pour densifier à outrance et risquer de briser l’équilibre».

L’économie: Le promoteur se doit de faire du profit, tout le monde en conviendra. Ce qui est inadmissible, c’est que des élus affamés d’impôt foncier lui facilite le changement de zonage pour qu’il maximise son profit, entraînant par le fait même de la spéculation foncière qui viendra pénaliser les résidents.

Le social: Les gens du quartier sont très accueillants. Ils apprécient la mixité sociale et le bon voisinage associé au partage de ruelle, mais ne se reconnaissent pas dans les miroirs d’une tour. D’ailleurs, ils l’ont signifié unanimement au micro lors de la rencontre avec le promoteur. Si les référendums n’avaient pas été abolis à la demande de la ville, il serait assez facile de constater le manque total d’acceptabilité sociale.

Comme on peut s’en apercevoir, en parlant uniquement d’un aspect du développement durable, le maire tente de limiter le débat et de cacher les motivations moins nobles de la ville. Certains confondent hauteur et grandeur. Les résidents décomplexés de Limoilou n’en sont pas : leur duplex et triplex ont bien plus de panache et de grandeur qu’une tour. M. Labeaume ferait bien de se le tenir pour dit.

Dominic Martin, Québec