Des chandelles étaient allumées mardi devant le bar à spectacles Le Bataclan à la mémoire des victimes de l'attentat de vendredi.

«Moi, moi, moi»

Trois jours que ma vie a changé
Trois jours que ma vie a changé
Plus rien n'est drôle et tout est fade
Comprendre ce qu'il s'est passé
Mais je suis loin, seul dans mon rade
Ici
Tout le monde s'en fout des états d'âme 
D'un p'tit Français à peine audible
Ici comme ailleurs 
D'ailleurs
Ailleurs
Tout le monde s'en fout des états d'âme 
D'un pauvre artiste au coeur sensible
Prenez Quentin, ben lui aussi s'en fout pas mal
De savoir si la nuit dernière, j'ai bien dormi
Faut une conscience pour essayer dans ce dédale
De retrouver bon an mal an goût à la vie
Mais Quentin n'a pas ce problème
Quentin ne se révolte pas
Quentin garde toujours son flegme
Pendant que moi, dehors j'aboie
Quentin n'a pas de haut-le-coeur
En regardant toutes ces images
Il ne sait pas ce qu'est la peur
De revivre un pareil carnage
Quentin ne pleure pas quand j'ai peur
Et quand je crie Quentin se tait
J'ai mal et je cherche l'erreur
Je parle de sécurité
Je gerbe sur des polémiques
Je déblatère, j'analyse
Je crache sur les politiques
Quentin n'a même pas de devise
Je me révolte et je m'insurge
Je jure que j'aurai leur peau... à tous ces biques
Je préconise une ou deux purges
Quentin n'a même pas de drapeau... sur son 
Facebook
Tout ça m'écoeure et me fait mal
Moi j'ai jamais rien demandé 
J'aurais voulu une vie normale
Sans violence et sans cruauté
J'ai une vie d'merde et je m'endors
Seul comme un con sur mon divan
Mais pas Quentin... Quentin est mort
Cible d'un con au Bataclan
Nicolas Carré, St. Paul, Minnesota