Le maire Labeaume

Mises à pied des villes et équilibre budgétaire, non mais sérieusement?

POINT DE VUE / Je suis tombé de ma chaise en apprenant que les villes mettaient des employés à pied pour respecter la loi qui leur impose un équilibre budgétaire.

Personne ne respectera d’équilibre budgétaire cette année! Mais qu’attend le Ministère des affaires municipales pour suspendre cette obligation complètement arbitraire, que la majorité des individus, entreprises et gouvernements ne respecteront pas? En quoi une ville est si spéciale dans cette situation extraordinaire pour que le respect du budget soit essentiel?

Je suis de plus en plus gêné chaque fois que le maire Labeaume invoque le fait que ce sont des citoyens qui paient les salaires des employés avec leurs taxes. Je ne travaille pas pour la Ville de Québec, mais j’y paie des taxes. Je suis pas mal certain que les employés de la Ville en sont aussi des citoyens qui paient des taxes, et il est insultant de les traiter comme des étrangers qui ne font que profiter des largesses des payeurs de taxes.

Les villes ont la capacité d’emprunter et d’avoir la garantie de la province de Québec pour le faire. Les taux d’emprunt actuels sont ridiculement bas et le resteront pour des années. Les villes sont des créatures de l’État. Je paie des impôts au municipal, au provincial et au fédéral. Tous les programmes d’aide vont venir de l’État et ce sera payé avec mes impôts de toute façon. Ça ne change rien que je sauve de l’argent sur mes taxes municipales si c’est pour en payer davantage au fédéral pour régler le même problème. Le gain proposé par le maire sera complètement illusoire.

Par contre, si le fait de mettre à pied des employés de la Ville réduit l’efficacité des mesures d’aide financière, alors on augmente nos coûts inutilement.

Ce qu’il faut, c’est choisir les moyens les plus efficaces pour fournir de la liquidité aux citoyens. En ces temps où des personnes vont manquer de liquidité pour ensuite aller quêter de l’argent auprès du même gouvernement provincial (et/ou fédéral), on veut nous faire croire qu’il est optimal de forcer les gens à faire un détour!

Parmi les mesures envisagées pour aider les gens, il y a celles de donner de l’argent aux entreprises pour qu’elles paient des salaires au lieu d’utiliser le système de l’assurance-emploi (déjà débordé juste pour prendre les demandes). Ce raisonnement prévaut aussi pour les employeurs publics.

Avec sa décision, la Ville vient d’ajouter 2000 personnes qui devront réussir à faire une demande d’aide auprès des gouvernements, avec tous les délais de traitement que cela impliquera. Si la Ville emprunte et/ou que la province lui donne de l’argent (en empruntant), on sauvera pourtant beaucoup de délais et de problèmes. Notez qu’avec cet argent, ces employés pourront consommer et aider d’autres citoyens payeurs de taxes à obtenir des revenus. Que les autres villes le fassent n’est pas une justification, car le raisonnement est le même.

Dans la mesure où le coût de la vie sans travail diminue (et davantage si on ne peut rien faire d’autre!), il n’est peut-être pas nécessaire de payer 100 % d’un salaire. Mais payer 0 % (ou attendre plusieurs semaines avant de payer 50 %), c’est contribuer à aggraver un problème! Il me semble qu’un doctorat en finance n’est pas nécessaire pour le comprendre, mais pour l’anecdote, j’en ai un!

Monsieur Labeaume, sachez que vous ne parlez pas en mon nom quand vous dites que les payeurs de taxes apprécieront de sauver de l’argent avec ces mises à pied. J’ai personnellement honte de cette décision à courte vue, car je ne sauverai pas d’argent si ça me coûte plus cher au fédéral pour compenser, et si les individus ont moins d’argent à dépenser pour faire rouler l’économie quand elle reprendra. D’ailleurs, mon compte de taxes ne diminuera pas, il est simplement reporté de quelques mois.

J’accepterai facilement un peu moins de services dans le futur (ou de payer plus cher) si c’est pour éviter maintenant une détresse financière à des concitoyens, qui soutiennent probablement d’autres personnes avec ce salaire, personnes qui ont peut-être aussi perdu leur salaire. J’ose croire que je ne suis pas le seul à le penser. Contrairement à ce que vous dites, je ne vois rien d’équitable dans le fait d’éliminer des salaires maintenant et ensuite prétendre qu’il faudra ajouter de la liquidité dans le futur. C’est maintenant que la liquidité est nécessaire!

Oui, la Ville aura moins de revenus, mais il y aura aussi des dépenses en moins, avec toutes les activités qui seront suspendues pendant des mois. Par exemple, le RTC utilisera moins de carburant, les routes seront moins sollicitées en période de dégel, etc. La Ville peut certainement sauver ailleurs avant de sabrer dans les salaires. Ça n’équilibrera certes pas le budget, mais les taux d’emprunt sont bas et la Ville peut emprunter auprès de la province sans problème. Vous le dites d’ailleurs vous-même qu’il est facile d’emprunter! Tous n’ont pas cette chance en ce moment.

Et de grâce, si vous voulez faire preuve d’un véritable leadership, négociez rapidement avec le Ministère des affaires municipales au lieu de chercher à équilibrer un budget de caisse. Votre héritage comme maire ne sera pas entaché s’il devait y avoir un déficit cette année (il y aura un gros déficit collectif de toute façon). Ce n’est pas le temps de jouer à celui qui aura le plus beau bilan financier, une compétition futile en temps de crise.

En attendant, je vous suggère fortement de revenir sur cette décision contre-productive en temps de crise. C’est d’autant plus étonnant que vous dites vous soucier du sort des démunis. Pourquoi alors contribuer à augmenter leur nombre?