En 40 ans de carrière, Marcel Dubé a écrit plus de 300 oeuvres pour le théâtre, la télé, la radio, mais aussi des traductions, adaptations, récits, nouvelles, poèmes et essais.

Marcel Dubé, le grand absent

Moins de deux semaines après son décès, il m'apparaît scandaleux que le souvenir du dramaturge Marcel Dubé n'ait pas été évoqué parmi les grands disparus de l'année lors du dernier gala Artis.
Un impair qui montre à quel point les organisateurs du gala ont omis de s'élever des planches de la scène pour accéder à un des génies de la dramaturgie québécoise qui a donné vie de façon magistrale à des personnages d'une profonde humanité, qui ont contribué à la renommée de plusieurs artistes de la scène québécoise.
Marcel Dubé est passé sous le radar, tel un personnage secondaire de la dramaturgie québécoise, lui qui, durant sa carrière d'écriture qui a duré 40 ans, a créé plus de 300 oeuvres pour le théâtre, la télé et la radio, toutes applaudies par la critique et le public.
Un monument des écrivains québécois rangé dans le placard sans scrupule...
Une bavure révoltante et renversante!
Henri Marineau, Québec