Félix Leclerc est décédé le 8 août 1988 à l'âge de 74 ans.

Ma première rencontre avec les mots de Félix!

À l'occasion du 8 août, anniversaire de la mort de Félix Leclerc, qui nous a quitté en 1988.
Quand on a 10 ans et qu'on est amoureux de sa maîtresse d'école, on est prêt à tout pour lui plaire. Dans mon cas, une Mademoiselle Doucet est arrivée dans ma vie un premier jour de printemps. Elle avait été embauchée pour remplacer maître Legault qui venait de prendre sa retraite. Elle avait 21 ans, les cheveux aux quatre vents et un petit style hippie qui avait fait craquer toute ma classe, constituée uniquement de garçons.
Pour son premier cours, elle décida de nous faire découvrir un texte de chanson. Elle l'avait transcrit d'ailleurs sur des feuilles de papier qui sentaient bon l'encre bleue. Elle avait déposé, en notre absence, les textes à l'intérieur de nos petits pupitres de bois. Nous étions donc un 21 mars et pour célébrer l'arrivée du printemps, Mademoiselle Doucet nous avait préparé une surprise. Nous étions complètement intrigués par chacune de ses manoeuvres.
Premièrement, elle plongea sa belle main blanche dans son chapeau de paille, qui était déposé sur son grand bureau. Elle nous regarda avec un petit air espiègle et elle procéda à un tirage au sort. Elle sortit un petit bout de papier et prononça, de sa belle voix suave, ces quatre lettres : Y.V.A.N. Eh bien oui, comme il s'agissait de moi, je levai la main fièrement et avec un doux sourire, elle me demanda d'ouvrir mon pupitre en premier pour lire le texte qui s'y trouvait.
Alors je m'exécutai de mon mieux et je lus, à voix haute, les premières lignes d'un texte intitulé l'Hymne au printemps. Ensuite elle déposa un vinyle 33-tours sur la tige d'un petit tourne-disque qui se trouvait derrière la salle de la classe. Elle nous fit entendre la chanson.
Une grosse voix profonde et grave entonna «Les blés sont mûrs/Et la terre est mouillée». Je fus à la fois étonné et séduit par la belle voix que j'entendis et par le jeu de guitare unique qui l'accompagnait. Émue par la chanson, Mademoiselle Doucet sortit un beau mouchoir pour essuyer quelques larmes sur ses belles joues. Tous, nous fûmes bouleversés de voir pleurer ainsi notre institutrice. Je me levai de mon banc, sur-le-champ, et j'invitai mes compagnons de classe à faire de même, afin de l'applaudir et la remercier du cadeau qu'elle venait de nous faire. Ce fut ma première rencontre avec les mots de Félix Leclerc.
Yvan Giguère, Saguenay