Selon l'auteure, l'acharnement de Jean-François Gosselin à décrier constamment le transport collectif frise le mépris envers ses usagers.

M. Gosselin méprise les usagers du transport en commun

M. Jean-François Gosselin s’est dit scandalisé cette semaine par le coût d’un «abribus» au coin de la 41e Rue. Il a poussé les hauts cris sans même s’informer sur le nombre d’autobus et de personnes qui y transitent ni sonder les personnes qui l’utilisent. Son acharnement à décrier constamment le transport collectif frise le mépris envers ses usagers. Il dit parler au nom des contribuables comme si nous, les usagers du transport en commun, n’en étions pas.

Moi aussi, je paie des impôts et des taxes. Les usagers du transport en commun, ce sont des personnes à faible revenu bien sûr, mais aussi des personnes à mobilité réduite, des personnes âgées qui ne veulent ou ne peuvent plus conduire, des étudiants qui vont au collège ou à l’université, des jeunes familles qui résident dans les quartiers centraux ou à proximité et qui ne veulent pas investir dans une première ou une deuxième voiture, des travailleurs qui, pour des raisons de santé ou d’environnement, délaissent leur auto pour aller au travail. Toutes ces personnes sont-elles, pour M. Gosselin, des citoyens de seconde zone? N’ont-ils pas droit à un peu plus de confort et de protection contre les intempéries?

Si M. Gosselin parle de Ferrari pour une station d’autobus qui est un pôle important de correspondance pour des milliers de personnes chaque jour, comment nomme-t-il les milliards de dollars qui sont investis chaque année pour la construction et l’entretien des routes et d’autoroutes, sans compter les milliards de dollars qu’il aimerait voir engloutis dans un troisième lien, sans même nous avoir démontré son utilité? Le libre choix implique que tous les choix soient équitables. Or, l’investissement dans le transport collectif, n’en déplaise à M. Gosselin, est loin d’être une Ferrari.

Il est peut-être temps qu’il délaisse sa petite politique, prenne le temps de s’informer et d’analyser la situation. Il comprendrait alors que les usagers du transport en commun font aussi partie de la solution. Non seulement ils allègent le nombre de véhicules sur les routes, mais ils contribuent à maintenir la santé de notre planète. Non, monsieur Gosselin, les usagers des transports collectifs ne méritent pas votre mépris!

Claire Cyr, Québec