Au Québec, les personnes handicapées sont fortement touchées par la pauvreté. Selon les données d’enquête récentes, 37 % d’entre elles ont un revenu annuel inférieur à 15 000 $.

Lutter contre la pauvreté des personnes handicapées

Au Québec, les personnes handicapées sont fortement touchées par la pauvreté. Selon les données d’enquête récentes, 37 % d’entre elles ont un revenu annuel inférieur à 15 000 $. Par ailleurs, les ménages où elles vivent se trouvent plus souvent sous le seuil de la pauvreté que la moyenne des ménages (17 % contre 12 %).

Du 10 au 12 avril prochains, la Commission de l’économie et du travail tiendra des consultations sur le projet de loi no 173, qui vise principalement à instaurer un revenu de base pour les personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi. Ce revenu de base s’adresse en grande partie à des personnes handicapées qui, malgré la mise en place de mesures de soutien et de programmes publics, tant à l’école qu’au travail, n’ont jamais pu accéder à un emploi stable pour leur procurer une certaine autonomie financière. Elles se sont ainsi retrouvées prestataires du Programme de solidarité sociale. En 2017, une personne seule dans cette situation recevait à ce titre une aide de 12 749 $, un montant bien inférieur au seuil de la pauvreté.

L’accès à l’emploi demeure bien sûr la façon idéale de se soustraire à la pauvreté et de participer à la vie en société. Ainsi, il est nécessaire de soutenir adéquatement les personnes handicapées empruntant différents parcours qui pourront les mener à un emploi stable. À ce sujet, nous avons d’ailleurs de grandes attentes vis-à-vis la prochaine Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées, qui doit être dévoilée prochainement. Nous espérons que les investissements en lien avec cette stratégie seront significatifs et permettront de mieux soutenir l’accès à l’emploi pour ces personnes.

Cela étant dit, il importe d’agir dès maintenant pour les personnes qui, en raison d’obstacles particuliers liés à leur condition ou à leur histoire personnelle, n’ont pu ou ne pourront suivre de parcours les menant à l’emploi. L’adoption du projet de loi 173 est ainsi essentielle, car celui-ci permettra à terme d’assurer aux personnes handicapées ayant des contraintes sévères à l’emploi un revenu grandement bonifié pouvant atteindre, pour les personnes vivant seules, un montant de 18 029 $.

En 2018, l’instauration d’un revenu de base est plus que jamais une mesure nécessaire. Une telle proposition s’inscrit en parfaite cohérence avec les choix que le Québec a faits depuis 40 ans pour bâtir une société plus solidaire et équitable. Le revenu de base constitue une reconnaissance claire et forte de la situation particulièrement difficile dans laquelle se trouvent les personnes qui pourront en bénéficier. Il s’agit d’une opportunité d’assumer notre devoir collectif en matière de solidarité et de justice sociale à l’endroit des personnes figurant parmi les plus défavorisées de notre société. Si la responsabilisation s’exprime par l’acte, ne les laissons pas tomber.

Anne Hébert, Directrice générale, Office des personnes handicapées du Québec

Martin Trépanier, Président du conseil d’administration, Office des personnes handicapées du Québec