Le ministre fédéral responsable de l’Habitation, Jean-Yves Duclos, déposera incessamment la toute première Stratégie canadienne sur le logement.

Logement social: Ottawa doit réparer ses erreurs

Selon les données du recensement de 2016 sur le logement, 1775 570 ménages locataires consacrent plus que la norme de 30 % de leur revenu pour se loger à travers le Canada, dont 43 205 dans la région métropolitaine de Québec.

De ce nombre, Statistique Canada calcule que 262 256, dont 4490 à Québec, sont dans une situation extrême; ils paient plus de 100 % de leur revenu pour se loger. Quelque 300 000 autres, vivant dans un des logements sociaux construits avant 1994, pourraient venir grossir leurs rangs lorsqu’ils perdront leurs subventions fédérales, alors même que leurs logements ont besoin de rénovations majeures et doivent être réhypothéqués. Nous ne pouvons plus ignorer les drames quotidiens vécus par toutes ces personnes.

Le ministre fédéral responsable de l’Habitation, Jean-Yves Duclos, déposera incessamment la toute première Stratégie canadienne sur le logement. Ottawa doit absolument éviter de s’y éparpiller dans une flopée d’initiatives; le logement social doit être priorisé afin de s’attaquer sérieusement à la crise qui traverse le pays, incluant dans la circonscription du ministre. Il s’agit d’une occasion historique de réparer les torts causés par le retrait fédéral du secteur du logement social, il y a 25 ans, une des causes de la crise actuelle.

Or, malgré la promesse des Libéraux de Justin Trudeau que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens «disposent d’un logement répondant à leurs besoins et qui est abordable», leur dernier budget prévoyait des dépenses de seulement 11,2 milliards $ répartis sur 11 ans. Dans les deux années à venir, d’ici les prochaines élections générales, le gouvernement Trudeau prévoit en dépenser moins de 336 millions $. Même si toute la somme était dédiée au développement du logement social, ce qui n’est pas dans les plans, elle permettrait d’en augmenter le nombre d’à peine 0,1 %. C’est largement insuffisant.

Pour être pris au sérieux, les Libéraux doivent dépenser les 11,2 milliards $ de leur Stratégie durant l’actuel mandat, pour réparer et construire des logements sociaux, partout où il y a des besoins, maintenir des loyers vraiment abordables pour les ménages à faible revenu qui les habitent et mettre un terme à l’itinérance. Enfin, Ottawa devrait reconnaître formellement le droit au logement, comme le lui recommande le Comité sur les droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU.

Le 22 novembre prochain, à l’occasion de la Journée canadienne sur le logement et date prévue du dépôt de la Stratégie, le FRAPRU, l’Ontario Coalition Against Poverty, le Carnegie Community Action Project, de Vancouver, appellent à une journée d’actions dans plusieurs villes canadiennes. À Québec, les membres du FRAPRU (le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur et le Comité logement d’aide aux locataires) débuteront cette journée en sonnant l’alarme lors d’un campement devant le bureau de circonscription du ministre Duclos.

Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)