Catherine Dorion est candidate de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau.

Lettre à mes amis boomers

Ces temps-ci, j’ai beaucoup de discussions avec des Jacques, des Yolande, des Henri, qui me disent «Catherine… je suis déçu. J’aurais pas pensé que tu irais avec Québec solidaire». Et puis on se met à parler d’indépendance, de l’histoire du Québec et des grands mouvements sociaux qui l’ont façonnée. Ils me racontent ce que c’était de vivre durant les années 70 et 80.

«Les gens étaient dans la rue. Les gens luttaient. Ils avaient soif d’un Québec plus libre et plus juste.» Cet esprit de lutte là, c’est précisément ce que nous voulons faire revivre aujourd’hui, ma gang et moi.

Je pense à mes amis boomers, Jacques, Yolande, Henri et les autres. Et j’aimerais leur adresser ces quelques mots, en espérant qu’ils se rendent jusqu’à eux d’une façon ou d’une autre, peut-être à travers vous.

J’aimerais vous dire aujourd’hui que je vous espère. J’aimerais vous dire que notre projet existe déjà en partie grâce à vous. Je veux vous dire que je me surprends souvent à rêver que vous vous engagiez à nouveau dans un vrai et large projet d’émancipation de notre peuple. Je sais que vous vous êtes déjà engagés autrefois, que vous avez vécu des émotions extraordinaires. Et je sais aussi que vous avez eu mal en 1980, mal en 1995, mal maintenant, devant ce que la classe financière et les politiciens carriéristes ont fait à tout ce que vous aviez créé avec amour.

J’aimerais vous donner le goût de lutter encore. Vous avez lutté pour vous débarrasser de l’emprise du clergé sur vos esprits. Regardez-nous : on lutte pour se débarrasser de l’emprise, sur nos esprits, de la religion de l’argent et de la croissance à tout prix.

Vous avez lutté pour enlever à l’élite économique anglophone sa mainmise sur l’économie québécoise. Regardez-nous : on lutte pour reprendre notre économie à cette aristocratie mondiale qui nous l’arrache des mains pour son profit.

Vous avez lutté pour l’indépendance du Québec. Regardez-nous : malgré des décennies de gros titres qui tapent sur le clou en répétant que personne n’en veut, ici on est restés indépendants, on a gardé notre tête de cochon, on la veut encore et on est prêts à se battre pour. Ici, dans Taschereau, c’est 60 % des électeurs qui ont voté pour l’indépendance du Québec en 1995. Ça, on ne l’a pas oublié.

La foi qu’on porte en nous, c’est vous qui l’avez mise là en nous racontant votre histoire. Je ne sais pas si c’est mort en vous maintenant, mais sachez que la détermination et l’espoir qui vibrent en nous en ce moment, c’est votre œuvre à vous. Si on rêve encore, c’est de votre faute. C’est l’héritage que vous nous avez planté dedans.

C’est ça que je voudrais dire à mes amis boomers. Et à tous les autres qui cherchent le filon par lequel rattraper notre histoire en marche. Ce filon-là, c’est la foi en nous. Et je ne parle pas d’une foi déconnectée dans un dogme imposé par des élites, autrefois cléricales, aujourd’hui financières. Non, une vraie foi, capable de déplacer des montagnes. Une foi comme celle qui a enflammé le Québec pendant la Révolution tranquille, une foi dans notre avenir.

Et ça, c’est notre force à Québec solidaire. On n’est pas là pour gérer le désordre existant. On n’est pas là pour taper sur des minorités dans le but de se faire élire. On n’est pas là pour faire de la petite politique, on est là pour faire l’Histoire, comme vous y étiez avant nous.

Catherine Dorion, Candidate de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau