L’essentiel apport des travailleurs sociaux

POINT DE VUE / La création de la commission sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse a été officiellement annoncée jeudi. Nous connaissons maintenant le large mandat qui lui est confié. L’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec applaudit cette initiative qui se veut transpartisane. Nous aurions cependant souhaité que l’échéancier de travail soit plus court que les 18 mois prévus. Pendant ce long délai, les travailleurs sociaux œuvrant en jeunesse s’attendent que le gouvernement applique rapidement des solutions afin d’éviter d’autres drames au Québec.

Les travailleurs sociaux, femmes et hommes, sont au premier rang des services sociaux offerts au Québec, tant en première ligne qu’au niveau des «soins intensifs» qu’est la direction de la protection de la jeunesse. Ils sont incontournables dans la consultation des personnes vulnérables de tous âges, dont les enfants, ainsi que dans l’évaluation des cas. Au plus fort du drame qui s’est produit récemment à Granby, les travailleurs sociaux ont vécu ce décès comme l’ultime coup de semonce. Dans le contexte de leur pratique professionnelle quotidienne, ils craignaient un malheur depuis trop longtemps. Cette crainte ne s’est pas dissipée en un mois.

Les circonstances ont fait en sorte que la population et les médias se sont interrogés sur les interventions des travailleurs sociaux, sur leurs capacités et leur rapidité à agir, sur les embûches qu’ils rencontrent, sur les limites auxquelles ils font face dans le traitement des dossiers, trop nombreux, qui leur sont confiés.

Aujourd’hui, il faut reconnaître que les travailleurs sociaux sont au cœur de cette commission et nous demandons formellement et respectueusement aux parlementaires de confier un poste de commissaire expert à un travailleur social qui connaît bien le terrain, et ayant fait ses preuves. Tant la Commission que le public y trouveront une valeur ajoutée.